La date fatidique du premier mai est enfin passée et la directive concernant les plantes médicinales (directive THMPD) est entrée en vigueur, après avoir passé un délai de transition de 7 ans.

Alors que la mobilisation des citoyens contre celle-ci n’a cessé de croître sur Internet, une certaine désinformation a mené à une incompréhension générale sur les enjeux mêmes de cette directive. Les Jeunes Écologistes tiennent d’abord à préciser que les herbes médicinales ne seront pas interdites en Europe. Ce sont uniquement certains remèdes à base de plantes médicinales qui risquent de ne plus être commercialisés…si ceux-ci ne reçoivent pas les autorisations de mise sur le marché (AMM) allégées prévues par la Commission européenne.

Tout comme d’autres produits pharmaceutiques (issus de molécules chimiques ou naturelles), les plantes médicinales traditionnelles sont désormais soumises au même processus de validation… qui doit passer par un casse-tête administratif et financier que des TPE-PME de la filière phytothérapeutique peuvent difficilement assumer: et c’est bien là le principal problème! Comme pour la directive REACH, la directive sur les remèdes traditionnels à base de plantes doit être aménagée pour ne pas léser un secteur économique entier: 400 produits à base de plantes médicinales pourraient être retirés des rayons pharmaceutiques.

Les avantages procurés par les plantes médicinales, basés sur des milliers d’années de connaissances botaniques ancestrales, ne doivent pas être réfutés. Ils nous rappellent d’ailleurs l’importance d’une protection active de la biodiversité florale. Pour ces raisons, les Jeunes Écologistes appellent tant les gouvernements siégeant au Conseil de l’UE que les députés européens à se mobiliser pour aboutir à une amélioration de cette directive. Il est indispensable de permettre aux citoyens de continuer de consommer des remèdes naturels et traditionnels chinois, africains, ayurvédiques, etc. si tant est qu’ils sont efficaces. Sans nature, pas de futur!

Les Jeunes Écologistes.

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

Marie Toussaint, téléphone : 06 42 00 88 68 mail : marie ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Noé Pflieger, téléphone : 06 36 66 69 32 mail noe ‘at’ jeunes-ecologistes.org :

Chargée de communication :

Marine Tondelier, téléphone : 06 84 86 15 78 mail : marine ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This