Les Jeunes écologistes sont le mouvement de jeunesse de l’écologie politique. Un pied dans la sphère associative, un autre dans la politique, c’est ainsi que nous nous battons pour gagner la bataille culturelle pour l’écologie ! Pour cela, nous nous organisons en fédération de groupes locaux présents sur l’ensemble du territoire. 

Les groupes locaux sont autonomes (tout en restant dans le respect des statuts) et c’est donc au niveau local que se structure la vie du mouvement. Ils organisent toutes sortes d’actions décalées, de débats, de conférences, de projets associatifs qu’ils mènent avec humour et bonne humeur ! 

La gestion globale de la fédération se joue au niveau fédéral, au sein du bureau exécutif. C’est à cette échelle que se fait la coordination des groupes locaux (en leur fournissant des outils pour leur développement), l’organisation des rassemblements fédéraux ou encore la préparation des compagnes fédérales. Le bureau exécutif assurent également la représentation de la fédération dans les médias et à l’international. 

Notre texte fondateur

Les Jeunes Verts étaient une fédération de jeunes écologistes provenant de multiples régions de France et d’Outre-mer, en relation d’autonomie solidaire avec le parti Les Verts. Ils avaient pour objet de porter le projet écologiste dans toutes les sphères de la jeunesse lycéenne, universitaire, salarié, en situation de précarité. Depuis 2009, Europe Ecologie – Les Verts a séduit de nombreux jeunes sensibles aux thématiques portées au travers des campagnes des élections européennes et régionales. Ils se sentent proches de ce mouvement qui rompt avec la politique traditionnelle. Les Jeunes Verts constituaient le socle de rassemblement de toutes les initiatives. Les Jeunes Ecologistes sont le fruit de leur démarche d’ouverture et d’intégration de tous ceux qui ont rejoint la pensée écologiste.

Porteurs d’espoir, graines d’un nouveau modèle

La crise que nous traversons est une véritable crise systémique : crises écologique, financière, sociale, économique et politique. Les injustices sociales et environnementales augmentent de jour en jour, montrant les limites d’un système datant d’une autre époque. Ancrés à gauche, nous sommes persuadés que l’écologie politique est une alternative crédible au libéralisme sauvage, au conservatisme politique et à la social-démocratie. Nous revendiquons toutefois que le système capitaliste n’est pas le seul coupable des difficultés que nous rencontrons : le modèle productiviste, promu par certains au coeur de la gauche, doit être également remis en cause. La croissance ne peut constituer l’unique solution à la crise sociale ; la défense de notre système social ne s’oppose en effet pas à la préservation de notre environnement.

Partout en Europe et dans le monde, les jeunes sont les premières victimes de la crise. Leur taux de chômage n’a jamais été aussi élevé, tandis que leurs conditions d’accès au logement, à un revenu minimum, au système de santé ou bien même à l’éducation se sont dans l’ensemble détériorés. Les défis auxquels notre génération a à faire face nécessitent pourtant une plus forte cohésion au sein de nos sociétés.

Mais les jeunes sont aussi porteurs d’espoir : issue d’un monde aux références culturelles et au mode de vie différent, notre génération est à même de construire et de porter les propositions permettant de diminuer les inégalités entre tous au sein de notre société.

Des solutions existent déjà. Face au manque d’imagination des hommes et femmes politiques traditionnels, les écologistes ont commencé à en dessiner les grands traits : travailler moins pour vivre mieux, développer des services publics de proximité, travailler à la reconversion écologique de notre économie, favoriser les filières courtes, assurer l’émancipation de chacun à travers un véritable respect des droits et un revenu décent sont autant de propositions déjà sur la table.

Les Jeunes Ecologistes, capables de parler d’écologie aux jeunes et des jeunes aux écologistes, capables de sortir des sentiers battus par la politique traditionnelle, d’assurer une formation de base aux nouveaux militants de l’écologie ou encore de convaincre par l’humour, ont entre autres pour fonction de contribuer à la promotion de ces solutions et à la formation collective de propositions nouvelles.

Des militants affranchis

Nos valeurs -autonomie, solidarité, responsabilité, fédéralisme, égalité, diversité, émancipation, féminisme, justice sociale et environnementale…- nous les défendrons dans la joie et la bonne humeur : militer joyeusement, travailler intelligemment, coopérer fait partie de notre ADN de « sentinelles joyeuses ». L’urgence ne justifie en effet pas le fatalisme, c’est bien plutôt le plaisir d’agir ensemble qui nous aidera à dessiner les contours d’une société plus conviviale.

Car ce combat-là aussi doit être mené : face au désengagement des jeunes, spontané autant que forcé par les réformes actuelles, de la vie politique, nous refusons de baisser les bras. Les jeunes ont fait preuve de leur besoin d’engagement et ont développé de nouvelles formes de militantisme qu’il nous faut allier à la politique traditionnelle. Nous devrons oeuvrer à la repolitisation et à la compréhension des enjeux dans lesquels nous sommes impliqués bon gré mal gré. Nous devrons également prouver à la partie de la jeunesse qui reste éloignée et désillusionnée de la vie politique qu’elle peut reprendre les rennes en venant construire, avec nous, les outils dont nous avons tant besoin.

Notre mouvement est en perpétuelle construction. Il tend à intégrer tout un chacun en constituant la plateforme pour le développement de multiples initiatives. En cela, il restera ouvert. Mais il est également en état de marche pour porter au plus haut les propositions de l’écologie politique : l’énergie, la reconversion écologique, les nouvelles formes de lutte issues de la désobéissance civile, l’allocation d’autonomie, ou encore les normes sociales et environnementales, nécessitent que notre action soit à la hauteur de nos ambitions. Nous le ferons aux côtés de nos partenaires naturels : la fédération des Jeunes verts européens et les Jeunes verts mondiaux.

Bienvenue !

Pin It on Pinterest

Share This