Au lendemain du premier tour des élections municipales, les Jeunes Écologistes réagissent aux résultats, à la fois alarmés par les chiffres de l’abstention et plein d’espoir en la capacité de l’écologie à changer les choses.

Très importante pour une élection locale, l’abstention montre une rupture grandissante entre les électeurs-rices et la sphère politique dans notre pays. Sans changement des institutions (proportionnelle intégrale, non-cumul, parité…) et sans davantage d’éthique et de transparence dans les pratiques politiques, cette situation ne pourra que s’aggraver.

Le Front National arrive en tête pour la première fois dans plusieurs villes au premier tour, profitant de cette forte abstention mais aussi du ras-le-bol généralisé d’une partie de la population. Le manque de courage du gouvernement face à l’aggravation des inégalités sociales et son incapacité à proposer un changement de modèle économique n’a pu que renforcer ce sentiment d’abandon.

Dans ce contexte inquiétant, les listes écologistes autonomes ou alliées aux forces du Front de Gauche (à Grenoble, Rennes, Nantes, Lille, Tours, Poitiers…) ont réalisé des résultats très encourageants et en progression qui démontrent que la révolution écologique représente un espoir croissant pour les citoyen-ne-s. Relocalisation des emplois, logements économes et accessibles, transports en commun pour tous-toutes, lieux de solidarité et de convivialité, développement de la culture locale, démocratie directe, économies d’énergie… À l’échelle de la ville, ces solutions portées par l’écologie politique sont plus que jamais la réponse la plus efficace aux préoccupations des gens.

Durant toute la semaine, les Jeunes Écologistes se mobiliseront partout en France là où il y en aura besoin pour défendre ces solutions et rappeler, d’une seule voix, que “la Génération Transition veut reprendre le pouvoir sur sa vie et la société” !

CONTACTS PRESSE :

  • Lucas Nédélec – Secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69
  • Laura Chatel – Secrétaire fédérale : 06 29 85 75 95
Share This