De nombreux sites internet sont inaccessibles depuis deux jours suite à une procédure de la justice américaine invoquant le respect de la propriété intellectuelle sur le web. Pour les Jeunes Écologistes, les récentes dérives des pouvoirs publics vis-à-vis des libertés numériques trouvent ici leur dangereuse concrétisation.

Jeudi 19 janvier, 18 sites web ont été fermés par la justice américaine, dont les sites Megaupload et Megavideo. Le motif invoqué pour justifier cet acte de censure est celui de la violation du droit d’auteur, ces sites hébergeant de manière illégale un certain nombre de fichiers disponibles en téléchargement streaming. Le FBI a également procédé à la mise en examen de 7 personnes en lien avec les entreprises éditrices de ces sites.

Pour les Jeunes Écologistes, cette action judiciaire démontre l’impasse dans laquelle l’industrie de la culture s’est engouffrée, obsédée par le principe du copyright et ses retombées financières, ne prenant pas en compte les nouveaux enjeux des pratiques culturelles sur internet. La réaction de Nicolas Sarkozy, qui se réjouit de la nouvelle, ne fait que confirmer le manque de discernement du Président et du gouvernement français face au fonctionnement de l’économie numérique.

Après le traité ACTA en Union Européenne, les lois Hadopi, LOPPSI et LCEN en France, puis les projets de loi SOPA et PIPA aux États-Unis, les pouvoirs publics n’hésitent plus à rendre légale une censure pure et simple sur internet et multiplient les graves dérives à l’encontre des libertés numériques. Dans ce contexte inquiétant, le mouvement des Jeunes Écologistes réaffirme la nécessité d’un autre modèle : inscription du principe de neutralité du net dans la constitution, droit au libre partage des créations artistiques par les internautes, principe de contribution financière aux droits des artistes… La mise en place d’une licence globale à destination des internautes permettrait ainsi de garantir à la fois la liberté des échanges et la rémunération de la création, à condition que les revenus tirés de cette licence soient principalement destinés au soutien des artistes et des structures culturelles coopératives, citoyennes et publiques.

Le combat pour qu’internet reste un bien commun et libre ne fait commencer !

Les Jeunes Écologistes.

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

Fanny Dubot, téléphone : 06 89 99 14 81 mail : fanny ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Wandrille Jumeaux, téléphone : 06 58 05 97 98 mail wandrille ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This