Depuis jeudi, les images d’un enfant de trois ans syrien retrouvé mort sur une plage choquent et font réagir l’opinion publique européenne. Depuis le début de l’année, ce sont pourtant plus de 3 000 personnes qui sont décédées sur nos rives, dans l’indifférence générale.
Cette hécatombe considérée comme la plus grande catastrophe humanitaire qu’ait connue l’Europe depuis la seconde guerre mondiale aurait du depuis longtemps nous faire réagir. Les réponses apportées par nos dirigeants européens, qu’il s’agisse du Frontex, des accords franco-britanniques pour gérer la jungle de Calais ou des pressions exercées sur les pays du sud du continent pour enrayer l’afflux migratoire n’ont eu pour seules conséquences que d’augmenter le nombre de morts à nos frontières et de développer les réseaux mafieux de passeurs.
Ces politiques migratoires démagogiques promues par les gouvernements européens sont inefficaces, et appellent d’urgence à un changement radical.
Pourtant, loin de constituer une menace pour notre civilisation et pour notre système social, ces migrants restent avant tout des personnes, fuyant la guerre, la dictature et la misère pour trouver un avenir meilleur sur notre continent. “Aucune barrière n’a jamais pu freiner les espoirs de populations entières, et il est désormais plus que temps d’une remise en cause profonde de la gestion de la problématique migratoire” insiste Michaël Jeanjean, porte-parole des Jeunes Écologistes.

Comme le souligne Antoine de Saint-Exupéry, “être homme, c’est connaître la honte en face d’une misère qui ne dépend pas de nous” : les Jeunes Écologistes appellent ainsi chacun-e à participer aux rassemblements organisés partout en France en soutien aux réfugiés, et réclament d’urgence :
– la refonte du dispositif Frontex
– la mise en place par l’Union européenne d’un plan d’urgence d’accueil massif des réfugié-e-s
– la simplification des procédures administratives pour la délivrance de visas et l’ouverture des frontières

CONTACTS PRESSE :

  • Cécile Germain, secrétaire fédérale – 06 95 85 76 57
  • Michael Jeanjean, porte-parole – 06 69 29 70 94

migrants

Share This