Les Jeunes Écologistes en ont assez des « affaires » qui salissent notre démocratie. Ils déplorent ce que révèlent le mensonge et la fraude fiscale de Jérôme Cahuzac et avancent des propositions plus ambitieuses que celle annoncées aujourd’hui, pour remettre l’éthique et la transparence au cœur d’un système politique mal en point.

La mise en examen de Jérôme Cahuzac, ex-Ministre du Budget, après ses aveux sur la détention d’un compte bancaire en Suisse, aggrave la crise politique et morale que notre pays traverse depuis plusieurs semaines.

Surtout, l’affaire Cahuzac révèle – à ceux qui n’ont pas voulu les voir avant – les failles démocratiques de notre système politique et institutionnel. Quelle « République exemplaire » peut accepter les mensonges d’un Ministre devant le Parlement et le Président de la République ? Quelle « République exemplaire » peut permettre un tel manquement à l’éthique ? Quelle « République exemplaire » peut admettre le pantouflage d’un haut-fonctionnaire du Ministère de la Santé, reconverti dans le conseil à l’industrie pharmaceutique ? Quelle « République exemplaire » peut imaginer un Ministre du Budget, engagé dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, et lui-même titulaire d’un compte illégal en Suisse ?

Les Jeunes Écologistes, outrés par cette affaire qui porte le discrédit sur la majorité toute entière, appellent le Président de la République, le Gouvernement et les parlementaires à tirer les leçons de ce scandale. Ils aspirent à une réaction politique forte qui renforce la transparence et l’éthique de notre système politique et la justice de notre système fiscal. Ils rappellent également l’importance de garantir l’indépendance de la justice et de la presse.

En plus de celles déjà annoncées par François Hollande ce midi, les mesures à prendre sont déjà connues. Le rapport de la Commission Jospin de novembre 2012 listait déjà un certain nombre de propositions pour moraliser la vie publique et prévenir les conflits d’intérêts.
Fin du cumul des mandats, lutte contre l’évasion fiscale, limitation des hautes rémunérations, refonte de l’impôt sur le revenu, transparence sur l’argent des élus, ou contrôle strict du « pantouflage », il est plus que jamais urgent de sauver notre démocratie en faisant entrer dans la loi des règles justes et strictes, qui vont plus loin que celle avancées aujourd’hui par la Président de la République.

Mesdames, Messieurs les Ministres et parlementaires, exigez et votez ces règles que nous réclamons, car il est hors de question qu’après notre économie, notre modèle social et notre environnement, vous cassiez notre démocratie, le seul héritage dont notre génération pouvait encore espérer être fière.

Contact presse :

  • Wandrille Jumeaux – Secrétaire fédéral : 06 58 05 97 98
  • Lucile Koch-Schlund – Secrétaire fédérale : 06 79 35 28 16

483760_10152712299740037_1206893448_n

Share This