Malgré une victoire de la gauche, les résultats des cantonales de dimanche dernier nous écoeurent : le Front national n’a jamais été aussi près de son but, celui d’accéder à des postes de pouvoir. Pire : alors qu’en 2002, toute la gauche, des plus âgés aux adolescents que nous étions alors, a battu le pavé pour appeler à voter Chirac, la droite d’aujourd’hui est incapable de prendre résolument la défense des valeurs de la République.

En deux jours, l’UMP a parcouru le long chemin qui la menait de la promotion de l’exclusion et du racisme au rejet de la démocratie :

  • après la création du Ministère de l’Identité nationale, les nombreux débats notamment le dernier ouvert sur l’Islam en France, le discours de Grenoble fustigeant les Roms et proposant, mesure anti-démocratique et anti-constitutionnelle, la déchéance de nationalité et la tentative d’instauration d’une abjecte nationalité à 2 vitesses ;

  • après le discours de Dakar sur l’homme africain qui, pour n’être jamais entré dans l’histoire, ne mérite pas même qu’on l’écrive en majuscules, après le manque de soutien aux sursauts démocratiques dans les pays arabes et l’aventureuse entrée en guerre de la France en Lybie, dans le mépris de nos partenaires et du mandat de l’ONU ;
  • après des pratiques de la politique aussi peu respectables qu’oligarchiques, du Fouquets à la tentative d’imposer Jean Sarkozy à la tête de l’EPAD, en passant par le scandale Eric Woerth ;

Nicolas Sarkozy a trouvé le moyen ultime de monter les citoyens français les uns contre les autres et de renforcer tout ceux qui expriment une désespérance quant à notre système politique. Après avoir favorisé, pendant toute la durée de son mandat, et déjà en tant que ministre, l’essor des idées du Front national, il en facilite maintenant l’accès au pouvoir en refusant d’organiser un « Front républicain ». Oublierait-il que son accession au pouvoir découle tout droit de la forte mobilisation des démocrates et des forces de la gauche qui, en 2002, avaient soutenu son organisation ?!

Les Jeunes Ecologistes sont perduadés que la bataille contre le racisme et l’exclusion se joue au jour le jour et sur le long-terme. Ils refusent de s’avouer vaincus et de jouer le jeu électoraliste que propose la majorité présidentielle. Ne baissons pas les bras : c’est bien tous ensemble que nous pourrons recréer les modalités d’un véritable vivre-ensemble dans la société française, et partout en Europe et dans le monde. Résolument démocrates, les Jeunes Ecologistes dénoncent le jeu de notre Président et appellent tout de même à voter contre le FN, partout où celui-ci est présent. Ils mèneront par ailleurs une véritable réflexion sur les manières de faire éclore un nouveau pacte citoyen.

Les Jeunes Ecologistes

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

Marie Toussaint, téléphone : 06 42 00 88 68 mail : marie ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Noé Pflieger, téléphone : 06 36 66 69 32 mail noe ‘at’ jeunes-ecologistes.org :

Chargée de communication :

Marine Tondelier, téléphone : 06 84 86 15 78 mail : marine ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This