Les Jeunes Écologistes auraient aimé exprimer tous leurs vœux de courage au successeur de Manuel Valls au poste de Premier Ministre pour ces quatre mois qui s’annonçaient intenses. Sur les 60 engagements du candidat Hollande, un grand nombre restait encore à tenir. Mais malheureusement, en nommant Bernard Cazeneuve à Matignon, François Hollande ne donne toujours pas de signes favorables pour l’accomplissement de ces mesures. 

En 2012, le candidat Hollande promettait de renégocier le traité budgétaire européen. Quelques mois plus tard, le ministre délégué aux Affaires européennes Cazeneuve le faisait signer sans sourciller.
En 2012, le candidat Hollande critiquait le plan d’austérité de François Fillon. En 2013, le ministre délégué au Budget Cazeneuve poursuivait la politique de réduction des déficits publics.
En 2012, le candidat Hollande annonçait que son adversaire, c’était la finance. En 2013,  le ministre délégué au Budget Cazeneuve intervenait à l’Assemblée Nationale pour enterrer un amendement sur l’extension de la taxe sur les transactions financières au trading à haute fréquence.
En 2012, le candidat Hollande promettait un dialogue environnemental apaisé. En 2014, Bernard Cazeneuve était Ministre de l’Intérieur lors de l’évacuation de la ZAD du Testet qui coûta la mort à Rémi Fraisse.
En 2012, le candidat Hollande souhaitait donner le droit de vote aux étrangers aux élections locales. En 2015, la loi relative au droit des étrangers, porté par le Ministre de l’Intérieur Cazeneuve, n’en faisait aucunement mention.

“En quatre ans et demi et trois portefeuilles ministériels, Bernard Cazeneuve a été le parfait fossoyeur des promesses de campagne de François Hollande. À ce titre, il n’a pas démérité sa place à Matignon”, commente un brin désabusée Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale des Jeunes Écologistes.

Face à cette équipe ministérielle du passé, les Jeunes Écologistes préfèrent voir vers l’avenir et se préparent à s’investir pleinement  dans le cadre des campagnes présidentielle et législatives pour promouvoir un projet de société écologiste.

“Nous ne faisons pas de promesses, mais avons de nombreuses propositions à soumettre afin que l’écologie politique sorte gagnante des prochaines élections. Nous nous battrons jusqu’au bout, car il n’est pas question de laisser s’échapper une nouvelle fois notre idéal de société”, conclut déterminé Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes.

CONTACTS PRESSE :

  • Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale – 06 05 37 97 56
  • Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral – 06 82 45 78 42
Share This