Les Jeunes Écologistes Aix-Marseille Métropole et Europe Écologie Les Verts Marseille soutiendront et participeront à la première mobilisation du collectif Stop TAFTA Marseille, samedi 05 avril 2014, à 11h devant la mairie centrale de Marseille.

Par ce communiqué, les Jeunes Écologistes Aix-Marseille Métropole et Europe Écologie-Les Verts Marseille rappellent qu’ils sont opposés au traité transatlantique de libre-échange entre les États-Unis et l’Europe intitulé TAFTA (TransAtlantic Free Trade Area).

Ce samedi, Europe Ecologie Les Verts Marseille et les Jeunes Ecologistes d’Aix-Marseille Métropole seront mobilisés contre TAFTA :

  • Pour protéger l’environnement contre les attaques des entreprises américaines qui, avec TAFTA, pourraient porter plainte, au nom de la libre concurrence, contre l’État ou les collectivités locales. Ces plaintes pourraient concerner les permis d’exploitation du gaz de schiste, les OGM ou encore les normes alimentaires européennes. Dans cette négociation, c’est le partenaire qui a les règlementations les plus protectrices qui risque de perdre le plus, en l’occurrence l’Union européenne et non les États-Unis.
  • Pour protéger nos emplois et notre modèle social. Du fait des politiques monétaires qui sont conduites dans l’Union Européenne et aux États-Unis, l’euro est fort et le dollar faible. Ouvrir davantage les échanges commerciaux en supprimant les droits de douanes profitera plus aux États-Unis qu’à l’Union Européenne, et supprimera des emplois en Europe au profit de coût de production plus bas.
  • Pour lutter contre le renforcement du pouvoir des multinationales aux dépends de nos démocraties. TAFTA prévoit que les entreprises étrangères puissent attaquer l’Union Européenne et ses États membres devant un tribunal international ad hoc, formés d’avocats de cabinets privés, dès lors qu’elles estiment que les normes fixées par les États ou par les collectivités locales restreignent leur liberté d’entreprendre.
  • Pour préserver nos libertés publiques. À coup sûr, TAFTA entrainera un affaiblissement de la protection des données personnelles prévue par la législation européenne actuelle en s’alignant sur le système laxiste états-unien, et permettra ainsi un espionnage légal et lucratif par des firmes privées, et des instances étatiques, dans la droite ligne de l’ancien projet ACTA et des récents scandales de la NSA.
  • Pour médiatiser et rendre publiques des négociations non transparentes qui se déroulent aujourd’hui dans la plus grande opacité au mépris des droits des citoyens et des élus. La mobilisation croissante contre ce traité en France, en Allemagne et aux Etats Unis est peu médiatisée.

Benjamin Kaufman, coordinateur des Jeunes Écologistes d’Aix-Marseille Métropole souligne : « Refuser ce traité n’est pas un repli sur soi, encore moins un recul ! Refuser ce traité, c’est protéger notre modèle social, nos emplois et notre qualité de vie en Europe. Les États-Unis sont à beaucoup d’égards, très loin d’être un modèle pour nous. ».

Pour Typhaine Ortega, coordinatrice des Jeunes Écologistes d’Aix-Marseille Métropole, ce traité va également dans la mauvaise direction : « Cette négociation est un non-sens. On dirait que la Commission Européenne souhaite se saborder elle-même… et nous avec. L’Europe est une alliance politique et économique qui doit rester la plus démocratique et au plus proche de ses citoyens si elle veut faire face à la crise de confiance envers les institutions communautaires. »

Gwenaël Kervajan, porte-parole régional d’EELV PACA conclue : « C’est très exactement ce qu’il ne faut pas faire : sacrifier le social, l’environnement, la démocratie, et le rôle du politique sur l’autel du libre-échange, parce que soit disant notre économie a besoin de plus de libéralisme … C’est faux ! Ce traité profiterait aux multinationales et pas aux PME. Ce traité détruirait de la richesse et des emplois à moyen terme en Europe ! La France et l’Europe ne peuvent laisser faire, et nous demandons au nouveau gouvernement une explication claire de sa position et de ses intentions. »

Le traité transatlantique de libre échange est au cœur de la campagne européenne 2014, au cœur de la campagne de Michelle Rivasi et de Karim Zeribi pour l’euro-région Sud-Est.

Alors tous ensemble, disons NON à TAFTA ce samedi à 11h devant la mairie centrale de Marseille !

Christine Juste, porte-parole départemental EELV Bouches du Rhône

Benjamin Kaufmann, coordinateur des Jeunes Écologistes d’Aix-Marseille Métropole

Gwenaël Kervajan, porte-parole régional EELV PACA

Typhaine Ortega, coordinatrice des Jeunes Écologistes d’Aix-Marseille Métropole

Contact Presse :

Benjamin Kaufmann – 06.82.45.78.42 (sur place samedi matin)

Gwenaël Kervajan – 06.17.93.08.56

Share This