Compte-Rendu de l’Assemblée Générale de la FYEG, du 10 au 14 juillet 2014 à Strasbourg

 

fyeg-logo

 

La FYEG, kézako ? La FYEG – prononcer « Èffe-Ouaille-Djih » – est une organisation internationale qui rassemble les jeunes militants écologistes de toute l’Europe. Les Jeunes Écologistes (c’est nous !) en font partie, au même titre que les Grønn Ungdom pour la Norvège, les Dwars pour les Pays-Bas, ou bien encore les Grüne Jugend pour l’Allemagne. Une sorte d’ONU européen à notre échelle, pour échanger et défendre nos idées !

Comme toute organisation politique digne de ce nom, la FYEG organise chaque année une Assemblée Générale afin de renouveler son Comité exécutif, élire de nouvelles personnes aux différents postes de responsabilité et voter de nombreuses résolutions, accompagnées de leur ribambelle d’amendements. Vous l’aurez compris, les AG de la FYEG ressemblent fortement à celles tenues par les Jeunes Écologistes. En ce qui concerne la FYEG, chaque organisation membre (OM) est en droit de désigner deux représentants. Cela fait déjà beaucoup de monde étant donné que la FYEG compte plus de 30 OM ! L’exécutif nous a mandatés pour vous représenter à cette AG qui a eu lieu au mois de juillet à Strasbourg.

Cette année, l’AG s’est déroulée dans un contexte tout à fait particulier, et ce pour deux raisons principales.

– Tout d’abord parce qu’elle a eu lieu au lendemain des élections européennes de 2014. Pour la première fois, la FYEG a réussi à mettre en place une dynamique de campagne plutôt convaincante, reposant sur une grande diversité d’initiatives qui ont plus ou moins porté leurs fruits. Au-delà de ces considérations techniques, cette campagne a mis en lumière l’existence d’une divergence de vue entre les OM, peut-être majeure, qui touche à la nature même de la FYEG. Nous en discuterons un peu plus loin dans le compte-rendu.

– Se retrouvant de fait plongée au cœur de l’actualité la plus brûlante, l’AG de cette année a commencé quelques jours seulement après le début de l’offensive terrestre d’Israël sur la bande de Gaza. La nécessité pour la FYEG d’adopter une position officielle sur ce conflit s’est particulièrement faite ressentir. L’Olive Branch Resolution a dès lors retenu toute notre attention.

L’objet de ce compte-rendu est de vous rapporter ce qui s’est passé lors de cette AG, et de vous exposer et expliciter nos votes sur les différentes résolutions qui ont été soumises à l’assemblée. En raison du peu de réactions en amont sur les textes qui ont été discutés à Strasbourg, nous avons donc surtout voté en notre âme et conscience, en prenant soin de consulter Rosalie et Antoine pour l’exécutif, ainsi que l’ensemble des JE présents sur place.

Les résolutions thématiques

fyeg-photovote

– Olive Branch Resolution
(sur le conflit israélo-palestinien)

Les jeunes verts des Pays-Bas ont présenté une résolution à propos du conflit israélo-palestinien. Le titre de ce texte est suffisamment évocateur en lui-même. Il s’agissait de contraindre la FYEG à entamer un débat sur ce sujet, l’objectif étant, à terme, de déterminer la position officielle de la FYEG.

Cette résolution au ton neutre, avec l’absence d’un quelconque positionnement, nous a semblé être a minima une excellente initiative, propice à de futures discussions, dans des conditions plus ou moins sereines. Une véritable bataille d’amendements a été livrée par les jeunes verts allemands et turcs.

Les premiers pinaillaient sur certaines expressions du texte, qu’ils jugeaient trop orientées. Les jeunes verts turcs quant à eux ont proposé des amendements très clairement pro-palestiniens, ce qui pouvait nuire à la finalité de la résolution, c’est-à-dire amorcer un débat sur de bonnes bases.

Nous avons également été de la partie, mais nous avons réussi à négocier et faire des compromis pour intégrer nos volontés dans les amendements des autres OM. Il serait laborieux d’énumérer et expliquer toutes les transactions qui ont été menées entre nous et les autres OM, mais nous sommes parvenus à nos fins ! Finalement, les amendements allemands ont été globalement rejetés et certains amendements turcs véritablement trop pro-palestiniens également. À noter que l’amendement des jeunes verts turcs visant à utiliser l’expression « territoires palestiniens occupés » dans la résolution a été adopté.

Ensuite a eu lieu le débat sur la résolution. Comme vous pouvez l’imaginer, les débats ont été animés. Les jeunes verts allemands et autrichiens ont voulu user d’un artifice procédural pour faire obstacle à l’adoption de ce texte. Le stratagème consistait à demander à l’assemblée de voter à la majorité des deux tiers pour modifier la majorité requise pour l’adoption de la résolution et la faire passer d’une majorité simple à une majorité des deux tiers. Fort heureusement, la majorité des deux tiers au premier tour n’a pas été réunie. Il a par ailleurs été rappelé par certains délégués que ce mécanisme procédural ne devait servir que pour des questions ayant trait à l’existence ou l’identité même de la FYEG, et non pour une simple résolution. Au final, la résolution a été adoptée à notre plus grande satisfaction, avec une majorité très confortable. Hourah !

– Our Rights are not for Trade – Smash TTIP and CETA
(sur le TAFTA et son équivalent canadien, le CETA)

Ce texte, rédigé était vraiment d’une très grande qualité. Précis, bien écrit, bref, tout ce qu’on aime ! Nous nous sommes évidemment prononcés en faveur de cette résolution. Elle a été adoptée sans difficulté.

For a Europe of Diversity, Inclusion and Openess – We Counter the Far Right ! (sur la montée de l’extrême-droite en Europe)

Autant le dire d’emblée, cette résolution nous a véritablement contrariés. Comparé à ce qui a été fait sur le TAFTA, ce texte était franchement faible pour dire les choses gentiment. Et pour dire les choses moins gentiment, c’était une véritable masturbation intellectuelle. Il ne ressort rien de cette résolution. Il réitère la position, plus qu’embarrassée, que tient la gauche depuis quarante ans, qui se limite à regarder d’un air horrifié la montée de l’extrême-droite.

Il y a pourtant une véritable réflexion à mener, et elle passe avant tout par une critique de la gauche elle-même. Se contenter de pointer les mouvements d’extrême-droite du doigt et de hurler qu’ils sont le mal incarné ne sert à rien si ce n’est à se donner bonne conscience, et cela, nous le savons pertinemment.

La question n’est pas tellement de savoir pourquoi l’extrême-droite arrive à convaincre un électorat de plus en plus large, mais plutôt de comprendre pourquoi nous, en tant qu’écologistes, nous ne parvenons pas à capter cet électorat, et en particulier l’électorat populaire. Bref, il nous faut changer de perspective, plutôt que d’étudier éternellement l’histoire de la montée du fascisme en Europe comme ce qui était proposé dans la résolution.

Avec le soutien (précieux) des jeunes verts des Pays-Bas et de Flandre, nous avons déposé un amendement pour faire sauter l’intégralité de l’introduction de la résolution, que nous avons intitulé le « BOOM amendment ». Sans grande surprise, notre amendement n’a pas été adopté. Cependant, beaucoup de délégués se sont abstenus et certains d’entre eux ont même voté pour, ce qui est encourageant. En toute logique, nous avons appelé à voter contre la résolution, mais cette dernière été adoptée ensuite, dans les mêmes conditions.

Par ailleurs, il nous parait important d’attirer votre attention sur le fait que cette résolution était signée d’une façon assez curieuse : « Écrit à l’origine par Michael Bloss [un des co-porte-paroles], et soutenu par le reste du Comité exécutif ». Pourquoi préciser si le texte a été approuvé par le Comité exécutif ?

– Initiative to Abolish Nuclear Weapons
(sur les armes nucléaires)

Bien que les armes nucléaires soient effectivement un sujet d’une importance cruciale, ce texte nous a paru décalé avec la réalité des conflits actuels. Le monde a plus à craindre des armes chimiques par exemple, qui sont très peu coûteuses et d’une facilité quasi enfantine à fabriquer. Quoi qu’il en soit, prendre une position sur le sujet des armes nucléaires est sans aucun doute judicieux car un sommet international sera bientôt organisé sur la question. Le contenu de cette résolution correspondait à la vision des JE sur le sujet et nous avons dès lors voté pour. Le texte a été adopté avec une majorité écrasante.

– A Better Election Process
(sur la procédure pour l’élection des membres du bureau de la FYEG)

Il s’agissait d’une résolution portée par les jeunes verts de Norvège demandant à ce que le processus d’information des délégués soit amélioré en ce qui concerne les élections des membres du Comité exécutif et autres. Il est notamment précisé que le Comité exécutif devra déterminer si la création d’un comité pour veiller à la bonne information des délégués est nécessaire. Nous nous sommes prononcés en faveur de cette résolution. Elle a été adoptée par l’assemblée. Un rapport sera présenté lors de la prochaine AG.

Les documents structurels internes

fyeg-photoukraine

– ECI Guidelines
(sur les initiatives citoyennes européennes (ICE))

Ce texte ne posait aucun problème et nous étions largement favorable aux amendements portés par le Comité exécutif pour faciliter la mise en place ou le soutien d’une initiative citoyenne européenne à l’échelle de la FYEG en déchargeant le Comité exécutif d’une responsabilité supplémentaire.

– Règlement Intérieur

Suite à la campagne des élections européennes, différents amendements ont été déposés afin de faciliter le fonctionnement des instances de la FYEG et empêcher certaines dérives. Un des amendements emblématiques proposés consistait à interdire la présence au sein du Comité exécutif de plus d’une personne venant de la même OM. Il a malheureusement été rejeté.

Parmi les choses à noter, un amendement a été déposé par les jeunes verts flamands pour limiter à hauteur de 50% la présence de personnes du même genre au sein de tous les organes de la FYEG. L’amendement « 50+ » a donné lieu à de nombreux débats, y compris dans nos rangs.

Cela rejoint les discussions que nous avons pu avoir chez les JE quelques semaines auparavant. Nous en sommes venus à la conclusion que les JE étaient encore partagés sur  la question. Jean a alors décidé de voter pour et Juliette contre. L’amendement a en fin de compte été rejeté.

– Les autres documents techniques

Le plan stratégique et le budget de 2013 ont été votés sans problème. Il en va de même pour une résolution présentée in extremis, relative à la gestion des finances de la FYEG. C’était les votes les moins funky mais on n’a pas failli !

La campagne européenne

drapeau-europe

Comme nous l’avons dit dans l’introduction, la FYEG a réussi à créer une certaine dynamique pour la campagne européenne. Cela a notamment pris la forme d’une campagne-web, d’une foultitude de goodies divers et variés, et d’une tentative de décentralisation de la campagne européenne avec l’organisation de bus-tours partout en Europe. Des rapports ont été présentés pour faire le bilan de cette campagne. Globalement, il est ressorti qu’il reste très compliqué de mettre au point une campagne à l’échelle européenne en raison de la diversité des situations que connaissent les États de l’Union Européenne. Il a également été dit qu’il n’était pas aisé de s’investir à la fois sur la campagne et sur les activités habituelles de la FYEG. Autrement dit, le programme ordinaire de la FYEG a eu tendance à pâtir de cette campagne.

Au cours de la campagne européenne, des tensions entre les différents membres du bureau de la FYEG sont apparues et ont débouché sur des démissions. Vous vous souvenez sans nul doute des lettres de démission de Silvio et Phil qui vous avaient été transmises et du mail envoyé par Clarisse pour nous expliquer la situation de son point de vue. Ce que nous avons tiré de tout ça, c’est que ces conflits personnels ne nous intéressent pas vraiment, d’autant plus que l’équipe a été largement renouvelée pour l’année prochaine.

L’important à retenir, c’est qu’une question de fond a été soulevée cette année. Il s’agit de savoir ce que nous voulons faire de la FYEG. Certaines OM pensent que la FYEG devait s’investir davantage dans la formation et la promotion de candidats aux élections européennes, et centrer ses activités sur la mise au point de campagnes électorales. D’autres défendent farouchement l’idée selon laquelle la FYEG devrait rester ce qu’elle a toujours été, c’est-à-dire un réseau entre tous les militants verts de l’Europe pour échanger, former et défendre des idées au niveau européen. Ces deux visions de ce que devrait être la FYEG ne sont pas incompatibles en soi, mais peut-être faudrait-il déterminer quel poids ou importance donner à l’une ou l’autre de ces fonctions.

Le plan d’action de la FYEG 2014-2015

photo-fyegmassage

En ce qui concerne le plan d’action 2014-2015 présenté par le Comité exécutif, des amendements ont été déposés par les Jeunes Écologistes. L’un d’entre eux visait à insister sur le lien entre l’échelon fédéral de la FYEG et les OM en demandant la nomination d’un responsable au sein du Comité exécutif. Les autres consistaient à s’assurer que la FYEG s’impliquera de façon conséquente et efficace dans l’organisation de la COP 21 qui aura lieu à Paris en 2015 pour donner une belle ampleur à l’événement et nous faciliter la vie. Tous nos amendements ont été adoptés et le plan d’action a été voté sans problème !

Les élections

nouvelexéfyeg

D’une manière générale, les élections n’ont pas donné lieu à débat. La seule chose qu’il convient de souligner est le faible nombre de candidats pour les différents postes. Toutefois, dans un soucis de transparence, il nous faut parler du cas de Michael Bloss. Nous n’avons pas voté en faveur de sa reconduction au poste de co-porte-parole car, d’après ce que nous avons pu comprendre, il a vraiment été au cœur des dissensions au sein du bureau de la FYEG.

Voici les résultats des élections pour le Comité exécutif :

Co-porte-paroles :
Krassina Demireva (Bulgarie)
Michael Bloss (Allemagne)
Trésorière :
Milena Cazin (Belgique)

Membres du comité exécutif :
Marie Pochon (France)
Julia Boada-Danes (Catalogne)
Joan Groizard (Espagne)
Giorgi Megrelishvili (Géorgie)
Josef Smida (Allemagne)

Antoine Tifine (France), notre très cher chargé de l’international, rejoint également le Comité de pilotage des Global Young Greens avec Jeroni Vergeer (Pays-Bas) et Onur Finangul (Turquie), bravo à lui et aux autres élus !

Nous tenons à remercier les Jeunes Écologistes d’Alsace (JEA) pour l’organisation de cet événement. Du super bon boulot ! Ces quelques jours étaient riches en émotions, pour se détendre des chaînes de massages ont été faites (JE style !) et pour les fans (personne n’est parfait), une projection de la Coupe du monde a même été organisée, avec la chance d’assister à la finale de l’autre côté du Rhin, en Allemagne !

Les AG de la FYEG, ça envoie du steak de tofu, qu’on se le dise !

fyeg-photogroupe

Jean Cittone (JEBA) et Juliette Marotte (IDF)

Share This