La conférence environnementale qui s’est clôturée ce dimanche 16 septembre à Paris a abouti à plusieurs engagements de la part du gouvernement. Si ceux-ci vont globalement dans le bon sens, les Jeunes Écologistes regrettent toutefois qu’ils soient mis au service d’un modèle de développement largement dépassé et que certains enjeux importants aient été occultés.

Les Jeunes Écologistes saluent en effet des mesures qui vont dans le sens de la transition écologique, dont la rénovation thermique du parc immobilier, la création prochaine d’une agence nationale de la biodiversité ou la tarification progressive de l’énergie. Les discours tenus en introduction et en conclusion de la conférence laissent espérer que l’impératif écologique a été en partie intégré par les responsables socialistes et qu’ils partagent certains des constats avancés depuis plus de 30 ans par les écologistes.

Toutefois, les Jeunes Écologistes seront vigilants quant à l’aboutissement de ces promesses et souhaitent que le gouvernement concrétise rapidement ces décisions devenues urgentes. En outre, certaines questions essentielles n’ont pas été résolues par les conclusions de cette conférence. Les enjeux agricoles ont été peu évoqués, notamment la nécessité de relocaliser les productions ou de bloquer la marchandisation du vivant. Il faut noter par ailleurs la contradiction qui persiste entre la volonté affichée de “mettre un frein (…) à l’artificialisation nette des espaces agricoles” et le maintien de grands projets destructeurs comme l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Le lien entre dégradation de la santé et dégradation de l’environnement, le développement massif des énergies renouvelables, l’avenir de la filière nucléaire au-delà de la fermeture de Fessenheim sont également autant de points encore en suspens.

Surtout, malgré des avancées certaines, François Hollande et le gouvernement persistent à faire de l’écologie “un puissant levier de croissance”. Ils démontrent de ce fait que le changement n’est que de façade, le modèle de développement proposé étant dépendant du même principe productiviste. Si les responsables socialistes estiment ainsi que la “transition écologique” sert avant tout le développement économique, ce qui constitue en soi une contradiction, les Jeunes Écologistes pensent au contraire qu’elle est un outil de transformation transversal, permettant de placer l’être humain et son environnement, et non l’accroissement du PIB, au cœur des décisions politiques.

 

Contact Presse :

  • Wandrille Jumeaux – Secrétaire fédéral : 06 58 05 97 98
  • Lucile Koch-Schlund – Secrétaire fédérale : 06 79 35 28 16

 

Pour encourager François Hollande à mettre en œuvre ses engagements, les Jeunes écologistes ont lancé Les Amis Du Changement, à découvrir sur notre page web participative www.amisduchangement.fr

 

Share This