7h de garde à vue pour une militante à Bordeaux, 18h de garde à vue et une caméra cassée pour un journaliste à Strasbourg. Le point commun entre ces deux personnes :elles ont assisté, activement ou non, à une opération fauchage de chaises menée par Action Non-Violente COP 21.

Alors que se profile en décembre à Paris le sommet sur le climat, la France baisse sa dotation pour les fonds verts destinés à la lutte contre le réchauffement climatique. Pourtant, l’argent existe, il est dans les paradis fiscaux, hors de portée de l’Etat.Selon de nombreuses études l’évasion fiscale représente vingt-cinq milliards d’euros! Les citoyens ne baissent pas les bras. Nombreux sont ceux à s’organiser pour entreprendre ce que le gouvernement ne semble pas capable de faire:utiliser la confiscation de biens, des chaises en l’occurrence, comme moyen de pression sur les banques qui utilisent leurs filiales dans les paradis fiscaux pour sortir l’argent du pays.L’action est symbolique et vise à alerter la société sur les enjeux de l’évasion fiscale.
Suite à ces « fauchages de chaises » qui se déroulent dans toute la France, une militante et un journaliste qui couvrait l’évènement ont été placés plusieurs heures en garde à vue l’une à Bordeaux, l’autre à Strasbourg. Aujourd’hui encore 9 novembre, des militant-e-s lyonnais-e-s ont été arrêté-e-s ; parmi ces personnes, Julien Bayou, porte-parole national d’EELV.

Nous sommes témoins ici d’une justice à deux vitesse : d’un côté, la lenteur et la complaisance alors que des sommes énormes sont en jeu, de l’autre,l’urgence et la sévérité alors qu’on parle de chaises. De chaises ! De qui se moque-t-on ?” se désole Cécile Germain, secrétaire fédérale des Jeunes écologistes.

Les Jeunes écologistes apportent leur soutien aux faucheurs de chaises et dénoncent la justice à deux vitesses du gouvernement français. Ils demandent :
-la relaxe pour les citoyens engagés dans les actions de fauchage de chaises
-une politique ambitieuse contre l’évasion fiscale et contre l’impunité judiciaire dont jouissent les banques
 

Contacts presse :
– Victor Vauquois, co-secrétaire fédéral : 06 33 30 05 69
– Cécile Germain, co-secrétaire fédérale : 06 95 85 76 57

Share This