Alors que nos dirigeants se rendent compte que les énergies fossiles telles que le pétrole ou le gaz conventionnel deviennent de plus en plus rares et chères, ils décident de se tourner vers une solution encore plus polluante : l’extraction du gaz de schiste. Les Jeunes Écologistes s’indignent devant une telle aberration et se joignent au collectif Sauvons Les Riches dans leur action de protestation de mercredi 2 février.

On l’a bien compris, pour nos dirigeants, “l’environnement, ça commence à bien faire”. Cette maxime désormais célèbre continue d’être respectée : alors qu’il faut des années pour obtenir les autorisations nécessaires à l’installation d’une ferme éolienne, le Ministère de l’Ecologie a attribué, en douce, des permis d’exploration de gaz de schistes dans de nombreuses régions de France. Cette pratique relève de l’aberration écologique la plus totale.

En effet, l’exploitation de gaz de schiste entraîne  des dégâts environnementaux dépassant l’entendement

– Besoin considérable en eau : pour exploiter cette énergie fossile et non-renouvelable, il faut recourir à la technique dite de “fracturation hydraulique”. D’énormes quantités d’eau sont injectées à très haute pression afin de fracturer la roche et d’extraire le gaz. On estime qu’entre 10 à 15 millions de litres d’eau sont nécessaires pour une seule opération de fracturation

– Injection de produits chimiques dans les sols pour fractionner la roche : aux Etats-Unis, où ce procédé est utilisé depuis plusieurs années, les populations voisines des gisements sont bien souvent victimes de cancers ou de maladies neurologiques liées à la pollution des nappes phréatiques

– Engorgement des routes pour le transport du gaz avec un bilan carbone désastreux et des dépenses publiques mal investies

– Dégradation du territoire : sachant que les puits s’épuisent rapidement, il faut régulièrement en forer de nouveaux. On peut ainsi en trouver tous les 500 mètres.

Une fois encore, c’est l’exploitation à plus fin des ressources naturelles qui prime sur l’investissement dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.
Après le pic pétrolier, quand viendra le pic des gaz de schiste ?

Les Jeunes Écologistes s’indignent face à cette décision et se joindront demain au collectif Sauvons les Riches pour  leur action coup de poing. Munis de casques, ils participeront au forage pédagogique organisés par le collectif.

Rendez-vous demain à 8h au 22 avenue Matignon

Les Jeunes Écologistes.

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

Marie Toussaint, téléphone : 06 42 00 88 68 mail : marie ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Noé Pflieger, téléphone : 06 36 66 69 32 mail noe ‘at’ jeunes-ecologistes.org :

Chargée de communication :

Marine Tondelier, téléphone : 06 84 86 15 78 mail : marine ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This