Les scores du premier tour des élections régionales donnent le Front National en tête dans 6 régions, et dépassent les 40% dans deux d’entre elles. Face à ces résultats, les Jeunes Écologistes appellent à l’humilité et à la réflexion sur les causes de cet échec, à la résistance aux idées nauséabondes du Front National et au sursaut des forces de gauche qui auront beaucoup à faire pour redresser la pente.

Le Front national ne cache même plus ses véritables intentions. Les prises de positions démagogiques des membres du FN révèlent un conservatisme radical et la protection des intérêts des puissants : omniprésent-e-s sur les ondes et les écrans, bien implanté-e-s dans les réseaux mondains, gavé-e-s d’indemnités parlementaires, régulièrement dénoncé-e-s dans les scandales financiers, ses dirigeant-e-s s’établissent en chiens de garde d’un système tout en faisant semblant de le décrier.
Derrière le vernis du simple vote contestataire se cache une volonté d’exclusion des plus précaires d’entre nous, qu’il s’agisse des chômeur-se-s, des immigré-e-s, des minorités LGBT+, des réfugié-e-s ou des femmes. Ce socle programmatique et idéologique représente tout ce que les Jeunes écologistes combattent au quotidien et continueront de combattre avec force dans l’avenir. “Loin de constituer une alternative au système obsolète que nous proposent les grands partis actuels, l’extrême-droite en profite et pire, perpétue ce système !” explique Cécile Germain, co-secrétaire fédérale des Jeunes écologistes.

Autre grande gagnante du scrutin, l’abstention de près de 50% des électeurs est une défaite pour tous les partis politiques, révélatrice de leur désaveu par les citoyen-ne-s, et de leur éloignement de la classe politique. “Nous serons en première ligne demain pour montrer que nos politiques ne sont pas une fatalité et qu’il est possible de faire autrement, avec concertation, respect, humanisme et participation citoyenne” rappelle Michael Jeanjean, porte-parole.

Devant ce constat, les Jeunes Écologistes demandent une vraie refonte du système électoral français et interpellent les médias sur leur rôle concernant la montée en puissance de l’extrême-droite. Ils condamnent sans aménité les prises de positions du Parti Socialiste et des “Républicains” qui de part leurs choix stratégiques avant et après l’élection alimentent le “tous-pourris”, la croyance qu’il n’existe qu’une seule et même politique néo-libérale sans alternative, et par là donnent raison aux thèses du Front National. Enfin, ils appellent leurs concitoyen-ne-s à sortir de l’immobilisme et à s’engager concrètement pour inventer ensemble les politiques et le monde de demain plutôt que de seulement rejeter ceux d’aujourd’hui.

Contacts presse :
– Victor Vauquois, co-secrétaire fédéral : 06 33 30 05 69
– Cécile Germain, co-secrétaire fédérale : 06 95 85 76 57

Share This