Dimanche dernier, alors que les médias étaient rivés sur les différentes manifestations du 5 mai, la marine française effectuait une tir d’essai dans la baie d’Audierne (Finistère) qui s’est conclu par l’explosion inexpliquée du missile. Les Jeunes Écologistes réagissent à cet échec en rappelant les coûts de la dissuasion nucléaire – qui ne fait l’objet d’aucun débat public – et l’intérêt d’un positionnement de la France en faveur d’un démantèlement multilatéral.

Les informations du ministère de la Défense sont livrées au compte-goutte, mais il s’agit bien d’un “échec” pour ce tir de missile produit par Astrium (groupe EADS). Or, un missile de ce genre coûte 120 millions d’euros l’unité, ce qui représente une somme plus que coquette en cette période d ‘austérité budgétaire.

Les Jeunes Écologistes s’étonnent qu’en pleine coupe budgétaire, on ne lésine pas sur les dépenses de dissuasion nucléaire, celle-ci étant faussement considérée comme un élément important de notre souveraineté. Au sein du Parlement et de la société, la question de la dissuasion nucléaire est considérée comme tabou. On refuse trop souvent de questionner les orientations dans ce domaine sous peine de voir la France perdre de sa superbe sur la scène mondiale !

Pourtant, de grandes puissances comme le Japon et l’Allemagne ne disposent pas de l’arme nucléaire et ne cherchent pas à l’obtenir. Dans leurs côtés, les États-Unis et la Russie se sont engagés depuis 1991 dans une programme de désarmement qui concerne les armes chimiques et nucléaires (l’arsenal actuel des bombes nucléaires s’élève encore à 20 000 unités, avec une puissance moyenne 30 fois supérieure à celle qui détruisit Hiroshima). De plus, l’utilité du nucléaire est à prouver depuis la fin de la logique des blocs et le développement du terrorisme contre lequel le nucléaire est inutile. L’argument selon lequel la dissuasion nucléaire aurait contribué d’une quelconque façon à la paix mondiale n’est pas tenable, vu la multiplication des conflits actuels.

Les Jeunes Écologistes appellent à un débat public sur la dissuasion nucléaire française et souhaitent que la France joue un rôle moteur dans une dynamique de démantèlement multilatéral. Les Jeunes Écologistes soutiennent également le développement d’une véritable politique de défense européenne, hors de l’OTAN.

CONTACTS PRESSE :

  • Wandrille Jumeaux – Secrétaire fédéral : 06 58 05 97 98
  • Lucile Koch-Schlund – Secrétaire fédérale : 06 79 35 28 16

visu-missile

Share This