Les Jeunes Écologistes tiennent à apporter tout leur soutien à Stéphane Gatignon.
Le maire de Sevran a entamé vendredi dernier une grève de la faim devant l’Assemblée nationale pour obtenir une aide de l’État afin d’équilibrer le budget 2013 de sa commune en grande difficulté financière avec la crise.

La situation de Sevran n’est pas unique, mais elle témoigne des difficultés grandissantes que rencontrent de nombreuses villes de banlieues pour boucler leur budget et obtenir des banques les crédits indispensables à l’action de la collectivité.

Ces difficultés mettent en péril la capacité d’action des pouvoirs publics locaux sur des territoires qui en ont plus que jamais besoin. C’est le fonctionnement même de services publics locaux comme les écoles ou les équipements sportifs qui est aujourd’hui menacé.
Ce sont les populations les plus fragiles qui font les frais des difficultés de Dexia ou des retards de remboursement de l’État des fonds engagés par la ville dans le cadre des projets de rénovation urbaine.

Le ministre de la ville a déjà promis que l’État allait verser l’argent qui était déjà dû à Sevran, mais ce n’est pas suffisant ! Les Jeunes écologistes demandent que des mesures d’urgence soit prises (comme l’augmentation de la Dotation de solidarité urbaine et de la Dotation de développement urbain) et qu’une réflexion globale soit engagée pour sortir les communes en difficultés financières de cette impasse.

La grève de la faim de Stéphane Gatignon nous interpelle : il n’est pas normal qu’un élu doive en arriver à de telles extrémités pour faire entendre la situation des “villes mendiantes”.
Nous saluons sa détermination et soutenons son combat.

 

Contact Presse :

  • Wandrille Jumeaux – Secrétaire fédéral : 06 58 05 97 98
  • Lucile Koch-Schlund – Secrétaire fédérale : 06 79 35 28 16

 

 

 

 

 

Share This