La journée européenne de mobilisation pour la défense de l’industrie et de l’emploi sera l’occasion pour beaucoup de dénoncer les menaces de fermetures d’usines et de licenciements qui se multiplient dans l’industrie. Contrairement au ministre Montebourg, les Jeunes Écologistes défendent une vision alternative de l’industrie et appellent une transition écologique dans l’industrie. Plus que d’être défendue, l’industrie a aujourd’hui besoin d’être transformée.

        Alors que l’industrie en France comme dans toute l’Europe fait face à de très nombreuses difficultés, que les plans sociaux se multiplient, les Jeunes Écologistes tiennent à saluer le courage de ceux qui se battent pour sauvegarder leur emploi ainsi que les actions du gouvernement pour combattre le chômage.

        Toutefois, les Jeunes Écologistes regrettent l’absence de vision globale en matière de politique industrielle, incluant notamment les contraintes écologiques qui se renforceront dans les décennies à venir. Comment peut-on continuer à envisager l’industrie comme si le prix de l’énergie n’allait pas continuer à flamber dans les prochaines décennies, comme si les réserves naturelles des matières premières étaient inépuisables ?

        Se projetant sur le long terme, les Jeunes Écologistes appelent au lancement d’une politique industrielle ambitieuse, fondée notamment sur les principes de l’économie circulaire (réutilisation des déchets comme matière première), les économies d’énergie et la relocalisation de l’économie.

        Pour y parvenir, les Jeunes Écologistes proposent la création d’une taxe carbone, ainsi que d’une taxe écologique et sociale aux frontières qui viendraient alimenter le budget de l’Union Européenne afin de financer une politique industrielle commune, permettant de lutter contre les délocalisations et d’améliorer les règles sociales et environnementales à l’étranger. La transition énergétique (fin de la dépendance au pétrole, sortie du nucléaire, efficacité et sobriété énergétique, développement des énergies renouvelables), créatrice de centaines de milliers d’emplois industriels non-délocalisables, est un des moyens les plus efficaces pour l’État, d’amorcer dès aujourd’hui, la nécessaire transition écologique de l’industrie.

Contacts Presse :

  • Wandrille Jumeaux – Secrétaire fédéral : 06 58 05 97 98
  • Lucile Koch-Schlund – Secrétaire fédérale : 06 79 35 28 16
Share This