Mercredi à partir de 17h, les Jeunes Écologistes lyonnais souligneront la journée mondiale de l’habitat par une action dénonçant la crise du logement. A l’aide de tentes, ils feront découvrir aux passants les nombreux obstacles que rencontrent les jeunes pour se loger décemment.

Gentrification, spéculation, loyers hors de prix, logements dégradés, casse des politiques d’habitat social… selon la fondation Abbé Pierre, près de 10 millions de personnes sont, en France, touchées par le « mal logement ».

Les jeunes ne sont pas épargnés et sont soumis à une double peine : disposer d’un logement décent conditionne l’accès des jeunes à l’autonomie.  Mais en moyenne, les jeunes de moins de 25 ans consacrent plus de 20% de leurs revenus à leur loyer, dans le même temps, 30% des jeunes français éprouvent des difficultés à payer les factures liés à leur habitation et sont dans une situation dites de « précarité énergétique ». L’accès à l’autonomie devient de plus en plus compromis d’autant plus que les chambres CROUSS trop peu nombreuses laissent beaucoup de jeunes juste au dessus du seuil du critère boursier ou simplement en situation de rupture familiale sur le carreau.

Les Jeunes Écologistes lyonnais réclament une politique de logement ambitieuse et moderne passant par un encadrement des loyers, la réquisition des logements vacants, un statut juridique de la colocation…

Rendez-vous mercredi 5 octobre à 17h place Bellecour pour dénoncer le mal-logement des jeunes.

Share This