Le glanage : une démarche écologique et économique.

Savez-vous qu’il existe une astuce pour profiter de produits agricoles gratuitement ?
Attention, rien à voir avec du vol, c’est une technique légale, inscrite dans le code pénal.
En effet dès la fin de l’été et à l’arrivée du mois de septembre, une activité méconnue prépare son démarrage, c’est le glanage.
C’est à cette saison que la plupart des fruits et baies arrivent à maturité.  Le glanage est finalement comparable à la cueillette des champignons, au ramassage des mûres ou des châtaignes.
Qu’est-ce que le glanage, que dit la loi ?
Définition du droit de glanage :
«Le  droit de glanage est précisé à l’article R26 du code pénal et autorise  entre le lever et le coucher du soleil le ramassage des fruits et  légumes non ramassés dans les champs et les vergers, ainsi que les  objets laissés dans la rue».
Le glanage est donc une technique consistant à “récupérer de la nourriture  non ramassée dans les champs, à la fin des marchés, dans les poubelles  des commerçants ou dans les containers des supermarchés”.
On  distingue le glanage du grapillage. Le premier concerne ce qui reste  sur le sol comme les pommes de terre ou les céréales. Quant au  grappillage, le terme est destiné à tout ce qui reste sur les arbres ou  arbustes après la cueillette comme les raisins, les pommes, et la  plupart des fruits.
Comment faire pour profiter du glanage pour réaliser des économies sur la nourriture ?
En pratique, le mieux, par respect est de demander l’autorisation à l’agriculteur possédant le champ.
A  la fin des marchés, si les caisses avec les fruits et légumes abimés  sont laissées sur place et que les vendeurs sont partis, vous pouvez  glaner sans problème, ce sont des produits destinés à la poubelle. Les  récupérer évitera un gâchis.
De plus, il est souhaitable de sympathiser avec les commerçants. A force de les connaitre, il vous feront confiance et il peut être utile de leur demander s’il jète des denrées à la fin du marché, et s’ils peuvent en garder une part pour vous.
Concernant  les fruits tombés d’un arbre (pommes, poires, chataignes…) et se  trouvant sur la voie publique, il est possible de les ramasser sans  demander d’autorisation.
La  cueillette des mûres dans les haies est également autorisée lorsque ces  haies sont dans le domaine public. Il ne faut pas pénétrer dans un  champ pour les cueillir si vous n’avez pas l’autorisation du  propriétaire.
Après  les vendanges qui ont lieu au mois de septembre, de nombreuses grappes  de raisins sont également laissées au sol et ne seront jamais ramassées.  Dans ce cas-là il faut demander également l’autorisation au  propriétaire des vignes.
Enfin, la cueillette des champignons en forêt publique est également autorisée.
Combien peut-on économiser grâce au glanage ?
Il faut reconnaître que les prix des fruits et légumes sont relativement élevés.
En s’y prenant bien, il est facile de glaner jusqu’à 20 Euros de fruits et légumes à chaque récupération. Cela peut représenter un budget de plus de 1000 euros à l’année pour des légumes de saison, frais et locaux.  Et bien sûr, plus on est de fous plu on rit!
Quelques chiffres sur le gaspillage alimentaire:
On estime que 1/3 de  la nourriture est aujourd’hui gaspillée. Cela correspond à 20 kilos par an et par français, dont 7 kilos encore emballés. C’est toute l’Europe qui est concernée : nos voisins belges jettent  l’équivalent de 174 euros de nourriture à la poubelle chaque année, et  en Grande-Bretagne, 25% des aliments achetés sont jetés ! Un gaspillage  non seulement impactant sur le budget des ménages mais qui est aussi un  non-sens environnemental !
Article proposé par Olivier LB
Share This