De nombreuses multinationales polluantes font partie de la liste des sponsors de la COP 21, révélée mercredi 3 juin. Les Jeunes Écologistes s’indignent que ces intérêts privés, dont les actions vont à l’encontre de l’intérêt général, prétendent ainsi verdir leur image avec la bienveillance du gouvernement.

EDF, Suez, Engie, AirFrance, BNP Paribas, Renault-Nissan… sont parmi les entreprises les plus polluantes de la planète. Par leur lobby en faveur des gaz de schiste ou des centrales à charbon, leurs constantes manœuvres pour éviter de contribuer à la lutte contre le changement climatique à la hauteur de l’urgence sont bien connues. Nous sommes bien loin des “amis du climat”* présentés par Laurent Fabius !

Le gouvernement permet ainsi à des entreprises particulièrement polluantes d’être au premier plan des négociations climatiques” s’indigne Rosalie Salaün, porte-parole des Jeunes Écologistes. Offrir cette tribune à des sponsors dont les intérêts actuels sont clairement incompatibles avec l’objectif d’ une réduction ambitieuse des émissions de gaz à effet de serre, c’est saper la crédibilité des négociations.

Le gouvernement a décidé que 20% de la conférence sera financé par des entreprises privées… avec pour seule explication officielle de “faire baisser la note pour le contribuable”*. Mais ces 34 millions d’euros “économisés” n’auraient-ils pas pu être trouvés ailleurs ? “Nous attendons encore la mise en place d’une vraie fiscalité écologique, alors que l’abandon de l’écotaxe a coûté plus d’un milliard d’euros au gouvernement. On sait également qu’une taxe sur les transactions financières pourrait rapporter entre 14 et 36 milliards d’euros rien qu’en France, et nous pourrions en économiser également avec une vraie lutte contre l’évasion fiscale… qui est pratiquée de façon avérée par les sponsors de la COP“, souligne Lucas Nédélec, Secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes.

Les Jeunes Écologistes continueront à se mobiliser pour que les négociations représentent l’intérêt des populations qui subissent déjà les conséquences du changement climatique, dont les sponsors de la Cop 21 sont en partie responsables.

CONTACTS PRESSE :

  • Rosalie Salaün – porte-parole : 06 86 28 69 04
  • Lucas Nédélec – secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69

* http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/05/30/01008-20150530ARTFIG00032-cop-21-comprendre-la-conference-sur-le-climat-en-5-questions.php

Share This