C’était il y a un an, jour pour jour, les Jeunes écologistes se préparaient à participer à la manifestation contre le G20 du 1er novembre 2011 à Nice.  Ce sont alors quelques 10 000 altermondialistes qui se sont réunis pour battre le pavé et faire entendre leurs voix afin de défendre un autre monde principalement caractérisé par la justice sociale et écologique avant que les chefs d’Etat des pays les  plus riches économiquement de la planète se réunissent à Cannes quelques jours après, pour blablater finance et économie.  En réalité, les gouvernements de ces 20 pays, incapables de changer en profondeur un système désormais en crise, ont multiplié une fois de plus des annonces à court-terme.

 ~

Aujourd’hui encore, les inégalités de développent s’accroissent au sein de tous les continents. Près d’un milliard de personnes dans le monde sont sous-alimentées, alors que 40 % de ce que nous produisons en alimentation, dans les pays développés, finit à la  poubelle !  De plus, les OGM continuent à envahir nos terres agricoles alors qu’une économie tout entière dépend d’eux ! Les conséquences de ces OGM sur la santé humaine et animale restent toujours inconnues et l’industrie agrochimique continue de faire pression sur les paysans du monde.

Les émissions de gaz à effet-de-serre, par le biais de la déforestation, de l’agriculture, de l’industrie, de l’énergie et des transports,  toujours omniprésentes, affectent les dérèglements climatiques… la sècheresse avance, le niveau de la mer monte, les maladies se développent : des peuples sont menacés.

De plus, 34 millions de personnes dans le monde vivent avec le virus du sida et l’accès au soins est très inégale selon les Etats.  Par exemple,  l’Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée au monde, avec près de 25 millions de personnes touchées par le VIH, dont 2 millions d’enfants âgés de moins de 15 ans.

Un peu moins d’un  milliard de terrien-ne-s n’ont toujours pas accès à l’eau potable et environ 20 000 personnes en meurent chaque jour ! Tant dis que cette ressource naturelle est gaspillée en grande quantité dans les pays développés, la sècheresse due au dérèglement climatique et la pollution  engendrée par notre mode de vie n’arrangent strictement rien…

~

Pour nous, Jeunes écologistes, la reconversion écologique de la société permettrait  pourtant la souveraineté et la sécurité alimentaires, l’action démocratique locale, la protection sociale, la production décentralisée d’énergie à partir de sources renouvelables, l’accès à l’éducation…Face aux politiques d’austérité qui touchent en premier lieu la jeunesse, nous voulons construire une nouvelle société différente d’un monde soumis aux  vicissitudes des marchés financiers.  Nous proposons donc :

–  une régulation globale des flux financiers passant par la mise en place d’une taxe Tobin élargie, et non une version édulcorée par Barroso, pour enfin reconnecter la finance à l’économie réelle ;
–  une prise de responsabilité de la part des États, de l’Union Européenne et des Collectivités pour enfin lutter contre les paradis fiscaux. Cet objectif peut passer par le refus de tout contrat avec les banques y possédant des filiales ainsi qu’en instaurant la pratique de la transparence fiscale ;
–  la création d’un vrai pouvoir de régulation, donné à une instance internationale éthique, afin de limiter la spéculation sur les matières premières ;
–  d’œuvrer à la construction d’une Europe fédérale, liée par les valeurs de solidarité, de justice et de progrès social.


Le monde doit changer ! Indignons-nous et crions notre opposition à une économie dérégulée ! Les peuples et la jeunesse d’abord !

 

 

Share This