Face au “référendum” pour l’unité du PS, les Jeunes Écologistes tiennent à questionner l’image de la démocratie que donne actuellement le parti au pouvoir, qui décrédibilise l’action politique et divise la gauche par des manoeuvres politiciennes.

Ce week-end, le parti socialiste a organisé un “référendum” pour l’unité. Mais en guise d’unité, le parti au pouvoir appelait à un rassemblement général… Derrière lui ! Cette initiative a rassemblé environ 250000 participant-e-s, dont 89% ont voté “oui”. Ce nombre représente à peine 0,5% de la population française, preuve de l’illégitimité de ce non-événement.
Les Jeunes Écologistes dénoncent ce simulacre de consultation. Au-delà des conditions de vote contestables, les soupçons de bourrage des urnes étant nombreux, le PS a invité les citoyen-ne-s à voter sans information préalable . Ce prétendu “référendum” est donc complètement biaisé puisqu’il en présentait d’emblée la réponse attendue.

Cette manœuvre politicienne, organisée à la hâte dans le but de trouver des boucs émissaires pour quand viendra le moment des résultats, est à la fois cynique et hégémonique. La gauche n’a pas vocation à se ranger en ordre derrière un parti qui, jour après jour, trahit les promesses faites aux français-e-s qui l’a élu au pouvoir. En outre, le chantage à l’unité du PS qui agite l’épouvantail du FN est insupportable, quand la responsabilité de son essor est bien plus imputable à ses renoncements qu’aux partis de la gauche. L’unité en politique doit se faire sur un projet ; et celui du PS, fait d’austérité et de libéralisme, n’est pas compatible avec la gauche écologiste, sociale et solidaire.

Il faut cesser de donner une telle image de la démocratie et de décrédibiliser l’action politique. Il est un vote qui fut bien plus massif, c’est celui, en 2012, de l’élection de François Hollande. Les promesses qui y étaient liées (Fermeture de Fessenheim, dose de proportionnelle, meilleur réglementation écologique de l’agriculture, séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires, et tant d’autres…) n’ont pas été respectées, alors qu’elles constituent une urgence. Leur concrétisation serait un bien meilleur rempart au FN que cette actuelle manœuvre politicienne.

Au-delà des petites stratégies et à l’approche de la COP21, les Jeunes Écologistes appellent à un réel projet de gauche et au courage politique.

Contacts :

  • Michaël Jeanjean, porte-parole – 06 69 29 70 94
  • Cécile Germain, secrétaire fédérale – 06 95 85 76 57

 

Share This