En cette journée internationale pour le droit à l’avortement du 28 septembre, les Jeunes écologistes s’associent aux autres mouvements féministes pour défendre le droit de toutes les femmes à disposer de leur corps.

Rendre illégal l’avortement n’a jamais dans l’histoire fait pas baisser le nombre d’interventions. Au contraire, les femmes sont alors acculées à des solutions qui leur font courir un risque au niveau de leur santé, voire de leur vie. Chaque année dans le monde c’est 303 000 femmes qui décèdent des suites d’un avortement à risque ou d’un accouchement mal accompagné.

“Nous sommes particulièrement préocuppé-e-s par les sites de désinformation à propos de l’IVG. Les plus jeunes qui tombent sur ces sites sont injustement culpabilisées, alors même qu’elles vivent des situations souvent délicates.” affirme Célia Da Costa Cruz, co-secrétaire fédérale des Jeunes Écologistes.

En France, nous ne sommes pas toutes égales face à la procédure d’avortement : fermeture des centres, mauvaises informations transmises par certain-e-s professionnel-le-s de santé, long délai de rendez-vous, etc. Au niveau européen, la situation de la Pologne ou de l’Espagne nous prouvent que ce droit fondamental n’est jamais acquis. Comme le disait Simone de Beauvoir “il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question”

Nous réaffirmons donc la nécessité de porter ce combat. Les Jeunes Écologistes appellent à se mobiliser dans le cadre de la campagne #AvortementEurope (avortementeurope.org) pour défendre et garantir le droit à l’avortement pour toutes les femmes dans le monde.

Share This