Depuis plus d’un an, les Jeunes Écologistes sont mobilisés contre le traité ACTA. Ce samedi 11 février, ils seront également présents dans de nombreuses villes françaises pour participer à la journée de mobilisation internationale et refuser cette l’escalade anti-démocratique.

visuel de la Quadrature du Net.

Le traité ACTA, censé lutter contre les contrefaçons et défendre le principe de propriété intellectuelle, a été signé le 26 janvier 2012 à Tokyo et doit encore être adopté par le Parlement européen au printemps prochain. Négocié dans la plus grande opacité, il a été adopté en marge de toute organisation légitime et sans la participation des parlementaires et des représentants des citoyens. Mais au-delà de cette démarche condamnable, ACTA constitue un réel danger pour les libertés des individus.

D’une part, ACTA donne aux autorités policières les moyens de réclamer des données personnelles auprès des fournisseurs d’accès à internet, bafouant les libertés numériques. Sur simple suspicion, sans aucun respect de la présomption d’innocence, les informations privées concernant les internautes pourront ainsi être récoltées. Dans le domaine de la santé d’autre part, les douanes auront la possibilité de détruire des stocks de médicaments génériques suspectés de contrefaçon, protégeant ainsi à outrance les intérêts des grandes firmes pharmaceutiques. Enfin, dans le domaine de l’agriculture, ACTA interdira la libre circulation des semences paysannes au titre de la propriété intellectuelle des entreprises semencières sur le vivant.

Les Jeunes Écologistes considèrent le traité ACTA comme une menace inacceptable pour les libertés des citoyennes et des citoyens. Au nom du droit d’innovation des PME, du droit de toutes et tous à l’accès aux soins, du droit d’accès et de diffusion de la culture, du droit à une agriculture de qualité et respectueuse du vivant, le traité ACTA doit être rejeté. Il constituerait en effet une étape supplémentaire dans l’abdication des pouvoirs publics face aux puissances de l’argent.

Pour ces raisons, les Jeunes Écologistes se joindront aux rassemblements anti-ACTA dans le plus de villes possibles. Comme aux États-Unis avec les lois PIPA et SOPPA, la mobilisation citoyenne sera plus forte que les lobbies.

Les Jeunes Écologistes.

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

 

Fanny Dubot, téléphone : 06 89 99 14 81 mail : fanny ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Wandrille Jumeaux, téléphone : 06 58 05 97 98 mail wandrille ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This