Les Jeunes Écologistes dénoncent la politique ultra-répressive des différents gouvernements à lʼégard de lʼarchipel des Comores.


Les Jeunes Écologistes soutiennent lʼappel lancé par des organisations syndicales et associatives depuis Mayotte pour rendre hommage aux milliers de personnes ayant perdu la vie en tentant de rejoindre les côtes Mahoraises. Par là même, ils dénoncent les politiques migratoires assassines menées par la France dans lʼarchipel des Comores.

Lʼarchipel des Comores, situé au nord du canal du Mozambique, est composé de quatre îles : Grande Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte. Le processus de décolonisation française a mené en 1974, suite à un référendum, à lʼindépendance de «lʼUnion des Comores» comprenant alors les quatre îles.
Cependant, partant du principe que la majorité de ses habitants le souhaitait, la France décide en 1976 de maintenir Mayotte au sein de la République. Il est important de souligner quʼà cette époque la France est alors passée outre lʼavis de lʼONU et de lʼUnion Africaine qui souhaitaient que lʼarchipel des Comores reste un tout.

En 1995, en imposant aux Comoriens le «visa-Balladur» pour se rendre à Mayotte, la France concrétise une rupture entre Mayotte et les trois autres îles de lʼarchipel. Cette rupture a depuis coûté la vie à plus de 10 000 personnes qui ont tenté de traverser les quelques dizaines de kilomètres dʼocéan séparant Mayotte des autres îles …

Les Jeunes Écologistes sʼindignent également face aux reconduites à la frontière menées par la Préfecture de Mayotte. Depuis 2006, environ 16 000 personnes -dont plus de 2000 enfants- sont reconduites chaque année vers lʼîle dʼAnjouan. Au total, en 2010 ce sont 26 405 personnes qui ont été expulsé de Mayotte !
Derrière ces données statistiques se cachent des vies brisées, des familles démantelées, des enfants en mal dʼavenir …

De plus, la manière dont ces expulsions musclées sont conduites fait bien souvent fis des droits de l’homme. De nombreux rapports dénoncent notamment la brutalité des interpellations menées par la police ainsi que les conditions indignes et inhumaines du centre de rétention de Pamandzi …
Les Jeunes Écologistes dénoncent vigoureusement cette véritable guerre menée contre les migrants qui touche à lʼinhumanité. Ils demandent au gouvernement de cesser cette «chasse» meurtrière et de reconnaître que de tout temps, de nombreux contacts unissaient les quatre îles de lʼarchipel. Ainsi, aucun Comorien ne saurait être traité en étranger à Mayotte.

Les Jeunes Écologistes.

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

Marie Toussaint, téléphone : 06 42 00 88 68 mail : marie ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Noé Pflieger, téléphone : 06 36 66 69 32 mail noe ‘at’ jeunes-ecologistes.org :

Chargée de communication :

Marine Tondelier, téléphone : 06 84 86 15 78 mail : marine ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Chargé des relations avec lʼOutre-mer:

Clément Huguet, téléphone : +262(0)692 78 37 70 : clement ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This