Ce vendredi 5 septembre, les Jeunes Écologistes, le Mouvement des Jeunes Socialistes et l’Union Nationale des Étudiants de France publient un texte dans Libération appelant à mettre en œuvre l’encadrement des loyers dans toutes les villes de France. Qualifiant cette mesure “d’urgence sociale pour la jeunesse“, ces organisations rappellent la grande difficulté des jeunes à disposer d’un logement à la fois décent et accessible.

La tribune appelle le Premier Ministre à ne pas bafouer la légitimité des parlementaires qui ont voté cette disposition de la loi ALUR, et l’espoir d’une population qui attend du gouvernement qu’il mette enfin en œuvre cette promesse du candidat Hollande. Les organisations de jeunesse souhaitent également que l’ensemble de la loi ALUR soit appliquée (Garantie Universelle des Loyers, limitation des frais d’agence…) car cela représente des avancées majeurs et concrètes pour la jeunesse et les personnes en situation de précarité.

  • Rosalie Salaün – porte-parole : 06 86 28 69 04
  • Lucas Nédélec – secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69

L’encadrement des loyers, une urgence sociale pour la jeunesse

Nous sommes des centaines de milliers – étudiants, chômeurs, apprentis, jeunes actifs. Nous avons moins de 30 ans, la vie devant nous, des espoirs plein la tête, et pourtant… Pourtant, nous avons tant de mal à trouver un toit sous lequel dormir et des murs entre lesquels nous abriter. Trop cher, trop petit, trop vétuste, trop difficile à chauffer. Les disparités d’accès au logement sont devenues pour nous le premier marqueur d’inégalité sociale.

La Fondation Abbé Pierre l’a constaté, le payement du loyer est le premier poste de dépense des jeunes qui ne vivent plus chez leurs parents. Et tant d’autres parmi nous décident de rester au domicile familial, quitte à faire des heures de transport pour aller à la fac, au travail, ou même à renoncer à suivre nos rêves dans une autre ville. Telle est la situation paradoxale dans laquelle nous nous trouvons : adultes et citoyens sur le papier, nous n’avons pourtant pas les moyens d’acquérir notre autonomie et de nous lancer, tout simplement, dans la vie qui nous attend.

Face à cela, personne ne peut rester indifférent. Ces dernières années, la politique du logement menée par la droite s’est trop résumée à des crédits d’impôts sans cohérence et sans ambition sociale. En France où les loyers sont en moyenne 40% supérieurs à la moyenne des loyers européens – ce n’est malheureusement pas le cas de nos revenus -, la gauche a enfin remis sur la table la régulation du marché. L’encadrement des loyers représente ainsi le meilleur moyen de mettre fin à l’augmentation artificielle du coût du logement. Pour nous, l’encadrement des loyers représente un espoir : celui de pouvoir accéder, sur le long terme, à des logements décents, tout en ayant à côté les moyens de manger, de bouger, de sortir.

Seulement voilà, l’encadrement des loyers, ce sont des bénéfices en moins pour les marchands de sommeil. Certains lobbies – les fédérations des professionnels de l’immobilier en tête – pourtant déjà bien nourris par les gains juteux de ces dernières années, ont décidé de faire entendre leurs intérêts plutôt que l’urgence sociale : Ne régulons surtout pas le marché ! Tout est bon pour multiplier les bénéfices et tenter de grapiller quelques décimales de croissance ! Et si ça va mal, tout est bien sûr de la faute à l’encadrement des loyers, même s’il n’est même pas encore appliqué…

Malheureusement, ces lobbies semblent avoir trouvé l’oreille du gouvernement. La semaine dernière, le Premier Ministre a annoncé la limitation de l’encadrement des loyers à la ville de Paris, ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir de la mesure. Les villes de Lille et Grenoble – avant combien d’autres ? – ont pourtant fait part de leur volonté de l’expérimenter également, l’inégalité d’accès au logement n’étant pas l’apanage de la capitale. La population le demande, les locataires en ont besoin, les associations le soutiennent et cette mesure a été adoptée à l’unanimité par la majorité parlementaire. Un renoncement ne ferait qu’entamer encore un peu plus la confiance des jeunes en l’action politique et en la démocratie. Alors, comment le gouvernement peut-il renoncer à un tel dispositif, et enterrer avec lui promesses de campagne, légitimité parlementaire et espoir d’une population qui attend de la gauche qu’elle soit courageuse ?

Pour nous, jeunes citoyen-ne-s engagé-e-s, il est de la responsabilité de la gauche de ne pas céder aux lobbies de l’immobilier. Il est de la responsabilité de la gauche de réguler les excès du marché, comme de s’attaquer aux inégalités sociales. Nous souhaitons donc que la loi Alur, déjà votée, soit appliquée dans son ensemble. Ses dispositions vont dans le sens de plus de justice sociale : la Garantie Universelle des Loyers et la limitation des frais d’agence sont par exemple des réponses concrètes à nos difficultés quotidiennes.

Peu importe les polémiques, les batailles médiatiques et les inimitiés entre personnalités politiques. La situation dans laquelle nous nous trouvons, nous, la jeunesse de ce pays, ainsi que toutes les personnes dans la précarité, demande de dépasser cela. Ce qui est en jeu, c’est bien un droit fondamental : celui de disposer d’un espace où vivre et nous construire sereinement, pour mieux trouver notre place dans cette société.

Lucas Nedelec, Secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes.
Laura Slimani, Présidente des Jeunes Socialistes.
William Martinet, Président de l’Union Nationale des Étudiants de France.

Share This