Samedi 16 novembre, en soutien aux 120 Roms sans-abri depuis le démantèlement du camp de Villeneuve d’Ascq, mais aussi en réaction aux expulsions d’élèves et d’étudiants étrangers partout en France, les Jeunes Écologistes de Lille appellent à manifester dès 14H30 (Porte de Paris) avec entre-autres les familles Roms, les syndicats et les mouvements de jeunesse.

Par cet appel, les Jeunes Écologistes exigent un revirement politique et des solutions de relogement immédiates. Mobilisons-nous pour un élan de solidarité national !

Nous les Roms sommes considérés comme des chiens vagabonds sans maître“, déclarent Ana Stoïan et Secret Lazar, deux Rroms hébergés à la Bourse du Travail depuis leur expulsion fin octobre. “Nous voulons démontrer que nous sommes capables de travailler, éduquer nos enfants, d’être comme les autres si vous enlevez les barrières qui sont
devant nous depuis des années“, ajoutent-ils, avant de conclure : “Il faut que nos droits soient respectés […] nous continuerons les manifestations jusqu’à être acceptés de ceux qui nous ont expulsés !“.

Le démantèlement violent du camp de 4 cantons à Villeneuve d’Ascq avait mis fin aux tentatives d’intégration de plus d’une centaine de Roms (dont la moitié d’enfants), qui se seraient retrouvés dans la plus grande précarité et sans aucun toit si l’intersyndicale (Solidaires – FSU – CGT) ne les avaient pas accueillis dans leurs bureaux, à la Bourse du Travail de Fives.

Ce qui devait être un hébergement d’urgence pour éviter une catastrophe humanitaire se prolonge maintenant depuis près de 3 semaines, et la situation ne reste soutenable que grâce aux sacrifices quotidiens consentis par les familles Roms et à l’investissement constant des syndicalistes et des bénévoles sur place. La scolarisation des enfants s’en voit compliquée et les conditions sanitaires (deux salles de bain, aucune douche et impossibilité de laver le linge dans les locaux) ne sont pas acceptables à l’approche de l’hiver, d’autant qu’une partie de la communauté souffre déjà de graves problèmes de santé.

En parallèle, l’action politique ne cesse pas. Depuis l’expulsion, l’intersyndicale et les Roms réunis en collectif ont appelé presque quotidiennement à la manifestation afin d’alerter les pouvoirs publics, avant de se joindre aux mouvements de protestation lycéens et ouvriers.

En effet, la Mairie et la Préfecture, non contentes de n’étudier aucune solution de relogement pérenne et de ne proposer qu’un ticket vers la Roumanie, ont également découragé toute initiative des sans-abri en intervenant par la force lorsque un bâtiment vide a tenté d’être occupé le lendemain de l’expulsion ou plus récemment lorsque les caravanes allaient être déplacées vers un nouveau terrain.

Alors que des populations tentent d’échapper à l’errance et à la misère, les autorités n’offrent que la répression.
Comment une ville, une région, un état à majorité socialiste peuvent-ils tolérer une situation si absurde et dégradante alors que des solutions simples et rapides existent ?

Les Jeunes Écologistes exigent, au niveau local :

  • de réquisitionner suffisamment de logement inoccupés pour pouvoir y abriter toutes les familles Rroms expulsées de Villeneuve d’Ascq et Roubaix ;
  • de rendre les caravanes confisquées à leurs propriétaires par le biais d’une démarche facilitée et sans tenir compte de leur destination ;
  • de mettre un terme aux pressions policières et aux politiques racistes dont les populations Rroms font l’objet sur la métropole.

Et au niveau national :

  • la régularisation de tous les sans-papiers et le respect du droit à l’éducation ;
  • l’arrêt immédiat des démantèlements de camps dans les cas où la circulaire
  • d’août 2012
  • n’est pas strictement appliquée.

Les Jeunes Écologistes appellent à soutenir les populations Roms et les sans-papiers, dont le gouvernement continue à bafouer les droits élémentaires, au mépris de toute humanité.

CONTACT PRESSE :

  • Ambroise Lesage – Jeunes Écologistes de Lille : 06 52 36 02 72

Photo cc : Philippe Leroyer

Share This