OBJET : Demande de réouverture des frontières pour la Cop 21 et nos correspondant-e-s étranger-e-s

 

 Chère Anne, cher Laurent, cher Manuel, cher François,

Nous avions déjà appris dans la presse vos difficultés à octroyer des hébergements et des visas pour les dizaines de milliers de personnes qui viendront à Paris donner de la voix pour le climat. Vous le savez, nous nous sommes résolu-e-s à aller camper sous la tour Eiffel pendant la durée de la Cop 21.
La préparation va bon train, et nous sommes motivé-e-s pour affronter le froid, les contraintes et les regards des touristes, notre détermination à sauver le climat prenant le pas sur tout.

Mais quelle n’est pas notre surprise d’apprendre que vous prévoyez désormais une fermeture exceptionnelle des frontières avant et pendant la Cop 21 ! Un dispositif extrêmement rare qui n’est utilisé qu’« en cas de menace grave pour l’ordre public ou la sécurité intérieure » !
C’est déjà un problème au niveau du camping dont nous allons devoir clairement revoir les réservations, ce qui représente pour nous un gros travail administratif. Mais surtout, il nous semble vraiment dommage de ne pas permettre à la société civile mobilisée sur le terrain de pouvoir s’exprimer correctement à cette occasion.

Parce que oui, non seulement nous n’avons pas de pétrole, mais en plus nous avons des idées ! En laissant entrer ces militant-e-s qui se battent sincèrement au quotidien contre le réchauffement climatique, avec des solutions locales, innovantes, participatives, joyeuses, nous pourrions bien vous surprendre agréablement. Et peut être même aider à trouver cet accord sur le climat que nous espérons tou-te-s ?
Il n’est d’ailleurs pas impossible que nos propositions changent de celles avancées par les sponsors que vous avez choisis pour la Cop. Ceux là même qui promeuvent l’énergie nucléaire ou la voiture électrique comme solutions à la crise climatique, de vieilles idées pourtant vivement critiquées par votre propre agence, l’Ademe. A ce propos, nous avons un peu de mal à comprendre la démarche, mais sommes tout à fait disposé-e-s à en discuter avec vous pour tenter de la comprendre.

En tout cas, l’événement qu’est la Cop 21 est certes historique et nous ne pouvons que saluer votre volonté d’en faire quelque chose de particulier, d’unique, de jamais vu. Cependant, nous n’imaginions pas que fermer les frontières serait la marque de votre originalité. Ne pouvons-nous pas trouver des façons plus sympas et efficaces de fêter l’événement, en trouvant par exemple 100 milliards d’euros pour le Fonds vert via une taxe sur les transactions financières ou la lutte contre l’évasion fiscale ? En reconnaissant le statut de déplacé-e environnemental-e et en acceptant d’en accueillir sur notre territoire ? En prenant le virage d’une transition énergétique qui affirme clairement la sortie du nucléaire au profit d’énergies renouvelables locales ?
Ce ne sont là que quelques idées qui amélioreront probablement l’ambiance au Bourget, pour le bien du plus grand nombre.

En espérant que vous reviendrez sur votre décision et que nous pourrons accueillir comme il se doit nos ami-e-s étranger-e-s mobilisé-e-s pour le climat,
On se voit quoi qu’il en soit au camping ?
Bien à vous,

 Les Jeunes Écologistes

Contacts presse :

  • Michaël Jeanjean, porte-parole – 06 69 29 70 94
  • Cécile Germain, secrétaire fédérale – 06 95 85 76 57
Share This