La LNPN (Ligne Nouvelle Paris-Normandie), voulue par Nicolas Sarkozy, dans le cadre du Grand Paris, est annoncée comme le projet ferroviaire qui permettra de « désenclaver » la Normandie et la rapprocher de Paris. Or cette ligne, dont le coût est estimé entre 10 et 15 milliards d’euros selon le scénario retenu, passe complètement à coté des véritables besoins des deux régions normandes et de l’Île-de-France !
Elle promet en effet de rapprocher Caen, Rouen et Le Havre de Paris de quelques dizaines de minutes, alors que les passagers réclament surtout de la ponctualité. Elle prévoit aussi d’améliorer le transport du fret en dehors de tout programme national ou européen ambitieux sans lesquels cela s’avèrerait inutile.

Mais ce projet ne répond surtout pas aux questions qui inquiètent :
– Quel sera le prix du billet de train quand on sait que la ligne actuelle est déjà la plus rentable de France et l’une des plus chères pour le voyageur ?
– Quid de la réservation obligatoire, source d’augmentation des tarifs, que la SNCF a déjà tenté d’imposer aux voyageurs tout récemment ?
– Qu’en sera-t-il vraiment de l’impact économique, dont on nous promet qu’il apportera emplois et entreprises dans nos régions, alors qu’il est avéré que l’ouverture de lignes TGV ne profite que très peu à l’économie locale ?
– Quid des liaisons ferroviaires locales existantes, ou celles dont les Normands réclament la réouverture et qui risquent, une nouvelle fois, d’être sacrifiées, faute de moyens ?
– Quel sera l’impact sur l’environnement (nuisances sonores, faune et flore perturbées, terres agricoles rachetées, …) de la création d’une nouvelle ligne en plus de celles existantes ?

Parce que ce projet pharaonique, en plus d’être extrêmement couteux, ne répond pas aux besoins des usagers, les Jeunes Écologistes de Normandie se joignent à leurs ainés d’Europe-Écologie Les Verts Basse et Haute-Normandie, pour appuyer le retour au plan « Bussereau ». Ce plan qui prône la remise à neuf des rails existants, l’amélioration du « Mantois », le tronçon compris entre Paris St-Lazare et Mantes la Jolie, aujourd’hui saturé et vieillissant, source de la majorité des retards rencontrés par les trains normands qui arrivent à Paris, présente les avantages d’être plus rapidement applicable et d’avoir un coût clairement inférieur à celui de la LNPN tout en ayant un impact réel sur les questions de rapidité et de ponctualité des trains.
Nous demandons par ailleurs une accélération des études concernant la réouverture commerciale de lignes aujourd’hui fermées (Rouen-Evreux), l’électrification des lignes TER principales (Rouen-Caen par exemple) et la création d’une nouvelle gare d’agglomération à Rouen.

Les Jeunes Écologistes de Normandie invitent donc les Bas et Haut-Normands ainsi que les Franciliens à participer aux débats publics organisés près de chez eux (Caen, Le Havre, Mantes la Jolie, Evreux, Saint-Lô, Lisieux, Cherbourg, Rouen, …) afin de faire entendre leur avis et montrer que la solution la plus onéreuse n’est pas toujours la solution la plus adaptée aux besoins de chacun.

Toutes les réunions publiques sur http://www.debatpublic-lnpn.org/

Contact : rouen[arobase]jeunes-ecologistes.org

ou : caen[arobase]jeunes-ecologistes.org

Share This