Après un processus de concertation mené avec les acteurs économiques, les associations et les jeunes (via le Forum Français de la Jeunesse) qui est à saluer, le projet de loi ALUR porté par Cécile Duflot est désormais discuté à l’Assemblée Nationale. Les Jeunes Écologistes se félicitent des avancées apportées par ce projet de loi et appellent à aller encore plus loin pour le droit au logement.

Mesure phare du texte, le plafonnement des loyers est une mesure positive qui participera à la régulation du marché de l’immobilier. Pour la rendre plus efficace, il serait nécessaire de fixer le plafond du prix des loyers à 10% du loyer médian de référence au lieu des 20% proposés. De plus, la possibilité d’ajouter un « loyer exceptionnel », disposition prévue par la loi, ne devra s’appliquer que dans quelques situations très marginales. Afin de s’attaquer aux causes de la spéculation immobilière, le gouvernement doit également agir sur l’offre de logements et réfléchir aux conséquences de la concentration territoriale des activités et des personnes, par la métropolisation par exemple, sur les prix du foncier.

La Garantie Universelle des Loyers permettra quant à elle de restaurer la confiance entre les locataires et les propriétaires en sécurisant les situations les plus précaires. D’accord sur le principe, les Jeunes Écologistes resteront attentifs à ses modalités de mise en œuvre et souhaitent que ce soit bien un établissement public d’État qui le prenne en charge.

Le plafonnement des frais d’agence est aussi une excellente nouvelle pour l’ensemble des locataires, et plus particulièrement pour les jeunes régulièrement amenés à être mobiles et à changer de logement.

Ces mesures sont déjà décriées par la droite, par le lobby des assureurs, et par certaines agences immobilières : ces profiteurs de la précarité, cherchant à maximiser leurs bénéfices sur le dos du droit fondamental au logement, tenteront de détricoter une loi beaucoup trop volontariste à leurs yeux. « Les Jeunes Écologistes seront en première ligne pour défendre les mesures de justice sociale contenues dans le projet de loi de Cécile Duflot » prévient Laura Chatel, secrétaire fédérale des Jeunes Écologistes.

En outre, pour aller plus loin et prendre en compte la situation des sans-logis et des mal-logés, les Jeunes Écologistes appellent la Ministre du logement à prévoir une application du Droit au logement opposable, notamment en utilisant le levier de la réquisition ou bien le droit de préemption locative, et à mener une politique de stabilisation de l’hébergement d’urgence sur le long terme.

CONTACTS PRESSE :

  • Lucas Nédélec – Secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69
  • Laura Chatel – Secrétaire fédérale : 06 29 85 75 95

logement-OK-1

Share This