Face à l’adoption du projet de loi dit « agriculture et alimentation » en cette journée du 30 mai 2018, le Jeunes Écologistes appellent à continuer la mobilisation citoyenne pour une alimentation saine et durable respectueuse de toutes et tous.

Cette prise de conscience collective aura contraint Emmanuel Macron a conclure les états généraux de l’alimentation en ces termes, le 11 octobre dernier « Il ne s’agit pas de mettre en œuvre une série d’ajustements techniques mais de décider collectivement de changer de paradigme (…) car le modèle dans lequel nous nous sommes enferrés n’est pas soutenable ».

Toutefois, aujourd’hui, cette belle volonté a cédé face au triomphe des lobbys comme l’illustre les politiques menées depuis le début du quinquennat et couronnées par l”adoption du projet de loi « pour l’équilibre du secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable ».

En effet, il y a quelques mois le président de la République parlait de la légitime « angoisse des consommateurs ». Aujourd’hui, sa majorité a rejeté l’amendement portant sur l’interdiction du glyphosate en dépit des engagements européens en la matière et de la forte mobilisation tout comme ceux visant à introduire des repas végétariens dans les cantines et à alerter sur la composition des aliments dangereux pour la santé.

Il y a quelques mois, le président de la République soulignait « la préoccupation (…) de l’ensemble du monde agricole ». Aujourd’hui, sa majorité n’accorde aucune aide supplémentaire à celles et ceux qui permettent une alimentation naturelle, qu’il qualifiait alors de « lames de fond sociales ».

Contre les consommateur·trice·s et les producteur·trice·s, ce texte législatif est également une atteinte à la dignité animale comme en témoignent les rejets de l’interdiction des cages pour les poules pondeuses, la limitation de la durée de transport d’animaux vivants, la mise en place du contrôle vidéo dans les abattoirs, …

« Quel est le changement de paradigme quand on laisse les industries agroalimentaires et agrochimiques continuer de sacrifier la santé des concitoyennes et concitoyens ? Quel est le changement de paradigme quand le législateur refuse de repenser le rapport à la nature et aux animaux ? Quel est le changement de paradigme quand on ne permet pas aux productrices et producteurs qui respectent l’environnement de continuer leur activité dans des conditions sereines ? » interroge Hugo Cordier, co-secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes

« Une fois de plus, ce changement de paradigme prôné n’était qu’une poudre de perlimpinpin écologique supplémentaire pour faire oublier les blocages criminels au regard des enjeux qui sont les nôtres. » conclut Célia Da Costa Cruz, co-secrétaire fédérale des Jeunes Écologistes.

Retrouvez ici le guide pour une alimentation durable des Jeunes Écologistes.

Contacts :

Célia Da Costa Cruz – 06 29 70 95 61 

Hugo Cordier – 06 14 29 27 28

Share This