Le budget 2015 adopté le 18 novembre suit la même idée que les précédents à savoir augmenter les ressources, diminuer les dépenses dans un objectif de réduction de la dette publique nationale.

L’année prochaine, les dépenses publiques se verront imputer une coupe de 21 milliards d’euros dont 3,7 milliards sur la dotation des collectivités territoriales, 3,2 milliards de coupes dans le budget de l’assurance maladie et 700 millions sur la branche famille, … et ce n’est qu’un début puisque 50 milliards d’économies sont annoncées pour les trois prochaines années.

Dans le même temps, le rapport de l’observatoire des inégalités relèvent que « la France entre dans une nouvelle phase de croissance des inégalités, avec un décrochage des catégories les moins favorisées, alors que les couches les plus aisées continuent de voir leur revenu augmenter ».

Ces dernières années, les choix politiques des différents gouvernements, de droite comme socialistes, n’ont ainsi pas seulement réduit les dépenses étatiques pour une soi-disant réduction de la dette, ils ont effectué un choix économique rejetant l’hypothèse d’une relance par l’investissement public, protéger les entreprises, renflouer les banques sans exiger de contrepartie digne de ce nom, creuser les inégalités, limiter l’accès au système de santé, à l’éducation, …

Pour résumer, ils ont privatisé les profits et socialisé la dette. En d’autres termes, ils nous ont imposé un régime d’austérité à l’échelle nationale et plus largement au niveau européen.

C’est pour cette raison que le 15 novembre dernier, nous, Jeunes Écologistes d’Alsace, avons répondu à l’appel du collectif 3A (Alternative à l’Austérité) afin de manifester notre désaccord contre la politique menée.
Bien conscients que ce mal sévit toujours en France et en Europe, nous continuerons dans sa contestation jusqu’à son éradication.

Merci à Leyla pour la photo.

Share This