Le  21 octobre, la commission LIBE du Parlement Européen va voter sur le projet de Règlement sur la Protection des Données personnelles (GDPR ou General Data Protection Regulation). Ce vote pourrait permettre à la loi d’aboutir dans une version fortement amendée qui serait très négative pour le respect de la vie privée. Les Jeunes  Écologistes s’opposent au vote de cette loi en l’état et réclament un vrai débat public.

Nos données sont exploitées sans notre consentement

La  réglementation de l’utilisation des données collectées sur internet est un enjeu très important pour les citoyens européens. En effet, toutes nos actions sur internet (messages, photos, achats, etc) sont collectées et parfois revendues. Le bénéfice généré par la vente de ces données est immense, alors même que les citoyens ne disposent d’aucun contrôle dessus.

Actuellement, la directive de 1995 encadre la collecte, l’exploitation et la revente de leurs données  personnelles. Mais cette loi est rendue complètement obsolète par l’évolution des technologies.

Pour cette raison, le Parlement Européen doit voter cette nouvelle loi sur le sujet. Or, une activité incomparable des lobbies (Apple, Microsoft, Facebook, etc) a abouti à plus de 4000 amendements déposés par les eurodéputés, lesquels risquent d’abréger le débat en entreprenant des négociations inter-institutionnelles à huis-clos. Les Jeunes Écologistes craignent que le résultat soit une loi affaiblie, ouvrant la porte à toutes les formes de marchandisation de nos données.

L’internet que nous voulons

Internet est un formidable espace de partage et de sociabilisation. Nous ne souhaitons pas que les sites internet deviennent tous payants ou disparaissent, mais fassent l’objet de modes alternatifs de financement. Nous pourrions consentir à la vente de certaines données, tant que ce consentement est éclairé et explicite.

Les Jeunes Écologistes estiment que la libre disposition de son corps est l’une des plus grandes avancées du XXe siècle. L’une des plus  grandes avancées du XXIe pourrait être la libre disposition de ses données personnelles. Tout comme l’exposition de son corps dans l’espace public n’est pas un appel au viol, l’exposition de ses données personnelles sur un site internet n’est pas une autorisation pour quiconque de les prendre et de les monétiser.

L’Europe doit s’offrir un débat public

Ce  sujet concerne chaque citoyen européen. Ces entreprises dépensent des sommes colossales pour s’inviter au Parlement Européen, se lier avec les eurodéputés par des cadeaux divers et s’immiscer dans l’écriture de la loi. Les Jeunes Écologistes ne tolèrent pas ce lobbying déloyal.

Les Jeunes Écologistes demandent donc aux membres de la Commission LIBE de refuser les débat à huis-clos sur cette loi, et de mettre en place un vrai débat transparent et citoyen à ce sujet.

CONTACTS PRESSE :

  • Lucas Nédélec – Secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69
  • Laura Chatel – Secrétaire fédérale : 06 29 85 75 95
Photo : Rama

Photo : Rama

Share This