Motion votée à la coordination fédérale du 24 Janvier 2021

Introduction

Qu’elle soit d’origine mentale, psychique, sensorielle, cognitive, physique, plurielle ou due à l’avancée en âge, la situation de handicap entrave la vie de millions de personnes, souvent laissées pour compte par les politiques publiques prônant la performance.
Les réponses apportées sont insuffisantes, et la loi du 11 février 2005, qui se voulait fondamentale pour la politique du handicap, reste peu connue et mal appliquée. De plus cette loi est détricotée au fil des gouvernements successifs, ce qui ne présage en rien une volonté politique d’insertion des personnes en situation de handicap. La politique de compassion et de mise en scène n’est pas la solution. Les multiples rapports et les lois mal appliquées laissent un goût amer aux personnes en situation de handicap.
Les propositions des Jeunes Écologistes sur le handicap sont fondées sur les principes de solidarité nationale, d’accessibilité et d’autonomie pour tous et toutes, de lutte contre les discriminations liées au handicap, de promotion et d’application des droits. Il faut une politique « d’irrigation » de toutes les composantes publiques qui s’oppose à la distinction et au stéréotype et se comprend comme une politique inclusive. Elle s’inscrit dans un contexte international par l’engagement d’appliquer la Convention internationale des droits des personnes handicapées, et par son évaluation publique année.

Institutionnellement

La gestion politique de la situation des personnes et familles concernées par le handicap est morcelée et inefficace. Ainsi, une mise à plat et des ajustements doivent être fait pour garantir une égalité aux personnes en situation de handicap vis-à-vis des valides.

Ainsi les Jeunes Écologistes prônent :

  • La création d’un ministère du handicap qui coordonnerait les politiques nationales.

L’accessibilité pour toutes et tous !

L’accessibilité est un enjeu majeur de la lutte contre les discriminations liées au handicap. En aucun cas, un citoyen ou une citoyenne doit être dans une situation où il ou elle n’a pas accès à un service public du fait de son handicap.
Également dans cet objectif, les aides publiques doivent être conditionnées à ce critère.

Ainsi, les Jeunes Écologistes prônent :

  • La garantie de l’accessibilité à tous les services publics.
  • La généralisation des traductions en FALC (Français Facile à Lire et à Comprendre), et des repères visuels et sensoriels.
  • La garantie de l’accessibilité aux technologies de l’information et de la communication et leurs usages
  • Le renforcement de l’égalité réelle à l’accès au numérique.
  • La conditionnalité de l’ensemble des financements publics aux opérateurs ayant mis en oeuvre leur agenda d’accessibilité programmé (AD’aP).

Une politique Handicap inclusive dès la petite enfance !

L’enfant en situation de handicap est avant tout un enfant. L’école inclusive est une priorité dès lors qu’elle répond aux besoins de l’enfant. L’institution scolaire doit s’organiser et disposer des moyens nécessaires. Un plan pluriannuel de développement des unités d’enseignement doit être lancé et devenir un outil pour la coordination des politiques d’enseignement et de handicap.

Pour les enfants ne pouvant suivre une scolarité en milieu ordinaire, les Jeunes Écologistes prônent l’accroissement de la capacité d’accueil et le maillage des territoires par de petites structures adaptées, au plus près de lieux d’enseignements et de vie.

Des ressources dignes !

Les Jeunes Écologistes prônent le revenu de base inconditionnel et émancipateur, il doit permettre à chacun de vivre dignement, et le cas échéant de bénéficier de prestations sociales, nécessaires aux rééquilibrages d’inégalités.


Le régime actuel confine les personnes en situation de handicap dans un schéma de précarité. Ainsi un revenu de base serait une ressource sécurisante pour les personnes en situation de handicap mais resterait malheureusement insuffisant pour pallier des inégalités. Ainsi les Jeunes Écologistes sont favorables au à la revalorisation des aides déjà existantes.


Actuellement deux systèmes de compensation co-existent en cas de situation de handicap ou de perte d’autonomie : l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) pour les personnes de plus de 60 ans et la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) pour les enfants et adultes de moins de 60 ans. Ces deux modèles sont générateurs d’inégalités et entrainent une discrimination sur le critère de l’âge.

Ainsi les Jeunes Écologistes prônent :

  • La désolidarisation de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) des revenus d’un potentiel conjoint ou potentielle conjointe.
  • La suppression de l’APA et l’extension de la PCH aux personnes en situation de handicap de plus de 60 ans afin de lutter contre toute forme de discrimination, pour qu’une perte d’autonomie soit compensée en fonction de la nature du handicap rencontrée et non en fonction de l’âge.

La santé et l’accès aux soins

La santé et l’accès aux soins sont des politiques fondamentales. Sa politique, dès lors qu’elle est financée par la sécurité sociale, doit être accessible à tous et toutes. La médecine de ville doit être fortement encouragée, sous peine de sanction, à ne plus pratiquer de refus de soins et à rendre leur cabinet accessible.

Ainsi les Jeunes-Écologistes pronent :

  • Une nouvelle réglementation pour les établissements de santé rendant opposable l’accès aux soins pour toutes et tous, qui permettra la sanction des professionnels et professionnelles qui refusent des soins ou l’adaptation de leurs locaux.
  • La mise en place de référents ou référentes handicap dans les établissements de santé placés (placées) sous la responsabilité des Agences Régionales de Santé afin d’épauler les établissements dans leurs démarches et utilisations.

Travail et emploi, parcours professionnel

Sur le travail et l’emploi des personnes en situation de handicap le constat est clair. Le taux de chômage des personnes en situation de handicap est deux fois supérieur au taux national (18% pour les PSH contre 9% nationalement) Chiffres de 2020.

Ainsi, les Jeunes Écologistes prônent :

  • Que les efforts de sensibilisation auprès des entreprises et des professionnels de l’emploi soient amplifiés, notamment par la formation systématique des conseillers à l’emploi aux enjeux du handicap.
  • Que les mesures de sanctions/incitations soient renforcées pour rendre effective l’obligation d’emploi des travailleurs en situation de handicap (qui doivent représenter 6 % des effectifs des entreprises assujetties).

Famille et vie affective et sexuelle

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) rappelle qu’une vie affective et sexuelle épanouie est facteur de bonne santé.
La vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap ne peut être niée ou volontairement passée sous silence, comme c’est le cas actuellement. L’activité d’accompagnants sexuels ou accompagnantes sexuelles doit être encadrée.

Ainsi les Jeunes Écologistes prônent :

  • La légalisation et l’encadrement de l’accompagnement sexuel et des adaptations des services de soins à ces activités.
  • La formation du personnel soignant à la vie sexuelle des personnes en situation de handicap dans leur formation initiale.
  • Le développement de l’aide à la parentalité des personnes en situation de handicap.
  • L’adaptations des activités périscolaires et valorisation des activités périscolaires adaptée afin que chaque famille puisse trouver la réponse qui lui convient.

Un autre regard sur le handicap

Les Jeunes Écologistes encouragent les actions de dédramatisation et de déstigmatisation du handicap si elles correspondent à des valeurs de mieux vivre ensemble. La vision de la société sur les personnes en situation de handicap ne doit plus être un objet de soin mais bien un objet de droits.

Share This