Dans un monde globalisé, les défis sont transnationaux. C’est une illusion de penser que les crises auxquelles nous devons faire face, parmi lesquelles la crise écologique et la crise migratoire, peuvent se résoudre à l’échelle nationale.

La prochaine décennie sera cruciale pour lutter contre des problèmes tels que le changement climatique qui affecteront l’avenir des jeunes partout dans le monde.

En tant que jeunes écologistes, nous sommes conscient·e·s que ces problèmes globaux et donc notre avenir seront décidés au niveau européen. Nous voulons donc avoir notre mot à dire et appelons tous les États membres de l’UE à ouvrir le droit de vote aux élections européennes à partir de 16 ans.

Actuellement, les dirigeant·e·s européen·ne·s favorisent les intérêts nationaux et ceux des multinationales, au détriment de ceux des jeunes.

Alors que les banques ont été épargnées, que les frais de scolarité ont augmenté, que d’énormes scandales dans l’industrie automobile ont été révélés, la Commission a refusé d’engager la bataille nécessaire pour des conditions de vie et un environnement de qualité. Alors que 99,9% des scientifiques s’accordent à dire que le dérèglement climatique causé par l’humanité est une réalité, les élu·e·s refusent de fixer des objectifs climatiques qui garantiront un avenir sain et sûr pour nous tou·te·s.

La jeunesse européenne refuse de se complaire dans le statu quo ; nous devons agir. Nous sommes né·e·s avec une réalité européenne où la collaboration transnationale et la solidarité sont évidentes et précieuses. Cette réalité, nous la chérissons et voulons l’améliorer.

Tandis que l’Union européenne dresse ses frontières telles des forteresses pour que les migrant-e-s n’atteignent pas l’Europe, nous avons mis à disposition des lits, de la nourriture et des activités pour les personnes dans le besoin. Alors que l’évasion fiscale reste toujours impunie, nous avons décidé de rejoindre des banques écologiques et éthiques. Alors que l’industrie automobile est protégée par la Commission européenne, nous avons pris nos vélos pour nous rendre à l’école et au travail.

Toutefois, au-delà de ces mesures individuelles insuffisantes, il est grand temps d’apporter les réponses institutionnelles adéquates aux problèmes les plus urgents auxquels l’humanité est confrontée.

Nous refusons de faire partie d’un système créé par une génération qui semble oublier que c’est notre avenir qui est en jeu. Nous revendiquons l’Europe et sommes déterminé·e·s à avoir notre mot à dire sur son avenir.

Nous appelons tous les gouvernements à changer les mécanismes institutionnels européens afin de donner à l’avenir une voix. Avant qu’il ne soit trop tard.

Signataires : Les Jeunes Ecologistes ; Joves d’Esquerra Verda ; Grüne Jugend ; Red EQUO Joven

 

In a globalized world, we have global challenges. It is an illusion to think that the crises we are facing, such as the ecological and migration crises are solvable on a national level. The coming decade will be crucial to deal with issues such as climate change. Issues that will affect the future of young people everywhere. As Young Greens we are aware that these global problems and thus, our future, will be decided on a European level. Therefore we want to have a say and call upon all EU member states to make it possible to vote in the European elections from the age of 16.

The people who are currently in power in Europe prefer national, corporate interests, above the interests of youth. While banks were saved, tuition fees increased. While huge scandals in the car industry were revealed, the commission refused to fight for our air quailty. While 99,9% of the scientists agree that human induced climate change is real, decision-makers refuse to set climate targets that will safeguard a healthy, safe future for all of us.

The European youth refuses to stand by and watch, we need to take action. We were born with a European reality, where transnational collaboration and solidarity is evident and valuable. We treasure it and want to improve it. While the European Union made shady deals to ensure that migrants wouldn’t reach Europe, we organised proper beds, food and activities for people in need. While the people in power didn’t act on tax evasion, we changed to ecological banks. While the car industry was protected by the European Commission, we took our bikes to school and work. But such individual measures are not enough and it is high time for adequate institutional responses to the most pressing issues that humanity is facing at the moment.

We refuse to be part of a system created by a generation that seems to forget that it is our future at stake. We reclaim Europe and are determined to have a say in what this Europe will look like. We call upon all governments to change voting laws and give the future our voice. Before it is too late.

Signataires : Les Jeunes Écologistes ; Joves d’Esquerra Verda ; Grüne Jugend ; Red EQUO Joven

Share This