Après les lois HADOPI et LOPPSI 2, le Sénat et l’Assemblée Nationale bafouent une fois encore nos libertés les plus essentielles, en adoptant la LCEN (loi pour la confiance dans l’économie numérique).

Cette loi oblige les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) à conserver pendant au minimum un an l’ensemble des historiques de navigation, et notamment les mots de passe de leurs clients. Il est aussi prévu que cette pratique soit à terme élargie aux “hébergeurs de contenu” comme Facebook, Twitter, Dailymotion, Youtube ou les sites des banques par exemple.

Ces données pourront être consultées par les autorités de police et de gendarmerie sans jugement préalable. C’est comme si les propriétaires d’un bien immobilier étaient obligés de confier leurs clefs aux autorités, afin que la police puisse à tout moment venir les fouiller sans n’avoir besoin d’aucune autorisation judiciaire.

Toutes ces informations seront en outre stockées sur les serveurs des hébergeurs de sites internet, dont on connait la vulnérabilité aux attaques en ligne ou aux erreurs de manipulation. C’est une véritable aubaine pour les pirates spécialisés dans le vol de données informatiques!

Les Jeunes Écologistes s’indignent de la dérive anti-démocratique d’un gouvernement, qui nous montre une fois de plus son incompétence en matière de libertés numériques et de sécurité. Refusons toute entrave à des libertés qui sont certes numériques mais bien réelles !

Les Jeunes Ecologistes.

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

Marie Toussaint, téléphone : 06 42 00 88 68 mail : marie ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Noé Pflieger, téléphone : 06 36 66 69 32 mail noe ‘at’ jeunes-ecologistes.org :

Chargée de communication :

Marine Tondelier, téléphone : 06 84 86 15 78 mail : marine ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This