Alors que l’engagement n°41 de François Hollande lors de sa campagne présidentielle en 2012 prévoyait de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire à l’horizon 2025, la tête des responsables politiques semble plus dure que le sarcophage en béton de Tchernobyl lorsqu’il s’agit du nucléaire…

Entre la ruine d’Areva, les casseroles de l’Andra, les scandales de l’EPR de Flamanville et les réticences d’EDF, il est difficile de dire que la filière du nucléaire français se porte bien. Pourtant le gouvernement continue à faire comme si de rien n’était et valide la loi Longuet portant sur le projet d’enfouissement des déchets à Bure en Lorraine. « Enfouir n’est pas la solution. Il faut conserver les déchets à porter de main en cas de fuite mais aussi pour garder en mémoire que les centrales nucléaires produisent des résidus extrêmement dangereux ! C’est l’une des principales raisons pour lesquelles nous réclamons la sortie du nucléaire, » rappelle Michaël Jeanjean, porte-parole des Jeunes Écologistes.

Autre déception, le plan pluriannuel de l’énergie (PPE) qui doit permettre à la France d’atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique, et notamment la réduction du nucléaire de 75% à 50% dans la part du mix énergétique à l’horizon 2025, n’atteint même pas un tiers de cet objectif ! Alors qu’il faudrait fermer au moins 23 réacteurs, la ministre de l’environnement Ségolène Royal n’évoque la fermeture que de 2 à 6 réacteurs. “Il y en a assez de cette politique de l’autruche, dénonce Cécile Germain, co-secrétaire fédérale des Jeunes Ecologistes. Nous étions déjà déçu par la loi sur la transition énergétique mais même ses objectifs ne sont pas respectés !

Les militant-e-s qui occupaient la forêt de Mandres dans la Meuse depuis une dizaine de jours ont été violemment débouté-e-s par la police. Vivant dans un désert rural où l’état français ne voit que l’opportunité d’y placer un projet controversé à l’insu de tou-te-s, les habitant-e-s de Bure et des environs refusent de se laisser exproprier de leur terre et appellent à une mobilisation pour réoccuper les terres ce samedi 16 juillet.

Les Jeunes Écologistes dénoncent encore une fois les incohérences et les dangers liés au nucléaire et rappellent au gouvernement que la loi sur la transition énergétique votée il y a seulement un an, doit être respectée ! Enfin, elles et ils apportent leur soutien au collectif Stop Bure et à la mobilisation contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets.

Contacts:
Cécile Germain-Ecuer, co-secrétaire fédérale – 06 95 85 76 57
Michaël Jeanjean, porte-parole – 06 69 29 70 94

Share This