Résumé : Le vote du Parlement européen sur les nouvelles règles de la Politique Agricole Commune (PAC) sera aussi un vote sur le climat, la biodiversité et la justice sociale. Malgré des négociations qui auront duré un an, la PAC demeure incompatible avec les objectifs du Pacte vert européen. C’est pourquoi de nombreuses organisations de jeunes écologistes européens encouragent vivement les député-es européen-nes à voter contre la proposition actuelle.

Ce mardi 23 novembre, les eurodéputées et eurodéputés voteront sur la Politique Agricole Commune (PAC). Cette PAC déterminera la stratégie et les politiques agricoles de l’Union européenne jusqu’en 2030. Les financements accordés aux agriculteurs représentent environ 40% du budget européen et influencent largement non seulement l’agriculture, qui est responsable de 13% des émissions de l’UE (chiffres de 2019), mais aussi le secteur agroalimentaire et la société dans son ensemble.

Dans un contexte d’urgence climatique et d’injustice sociale croissante, il n’a jamais été aussi urgent d’agir. Pourtant, la PAC actuelle n’est pas à la hauteur des enjeux. La PAC ne permet pas à l’UE de se conformer à ses propres objectifs et politiques, en particulier le Pacte vert européen. Un rapport de la Cour des comptes européenne a prouvé que la PAC ne permet pas de réduire suffisamment les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture, et donc à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Les fonds de la PAC vont essentiellement aux grandes exploitations agricoles industrielles, favorisant ainsi la monoculture, l’utilisation intensive des pesticides et l’exode rural. Pour faire face aux risques de phénomènes météorologiques extrêmes dus au changement climatique, il faudrait plutôt soutenir la diversification des productions – là où la PAC continue de favoriser la forte spécialisation des agriculteurs et agricultrices. Non seulement la PAC n’aide pas à développer les petites exploitations, locales et biologiques, mais elle ne permet pas non plus aux agriculteurs et agricultrices de mener une transition vers des pratiques plus écologiques.

Pour toutes ces raisons, nous demandons à chaque membre du Parlement européen de voter contre la proposition actuelle de la PAC. La lutte contre le changement climatique consiste trop souvent en de vaines promesses. Le Parlement européen pourrait envoyer un signal fort en refusant une PAC qui reste incompatible avec ses propres objectifs climatiques. Au contraire, l’Union européenne a besoin d’une agriculture résiliente au changement climatique, qui réduit ses émissions de gaz à effet de serre, protège la biodiversité et permet à chaque agriculteur et agricultrices de gagner sa vie.

La PAC doit être compatible avec les objectifs du Pacte vert européen et permettre à l’UE d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Afin de mobiliser au mieux nos ressources naturelles, la PAC doit considérablement renforcer les incitations à la préservation de notre biodiversité. Par exemple, en plantant des arbres entre les champs et en permettant aux plantes sauvages de pousser au milieu des cultures. De plus, la PAC doit accorder un bonus aux agriculteurs et agricultrices qui utilisent moins de pesticides.

Le versement des aides de la PAC vers les grandes exploitations doit être limité, tandis que le financement de l’agriculture biologique de petite et moyenne taille doit être considérablement renforcé. De plus, le processus d’harmonisation des paiements directs aux agriculteurs et agricultrices doit être accéléré afin de réduire les déséquilibres entre les États membres.

La PAC doit soutenir la justice sociale. D’une part, le système de soutien de la PAC aux revenus des agriculteurs et agricultrices doit être remanié afin de soutenir spécifiquement les petites et moyennes exploitations. D’autre part, une PAC juste doit financer la production locale d’aliments sains, afin qu’ils deviennent accessibles à tout le monde.

Les quelques amendements proposés sont bien loin d’être suffisants ; la PAC doit être profondément remaniée. L’Europe n’est certes plus menacée par la pénurie et la famine, l’Europe est néanmoins menacée par la crise climatique, les inégalités sociales et une extinction massive de la biodiversité. La PAC doit répondre à ces enjeux et sécuriser l’avenir des générations futures. La proposition actuelle semblant dater du siècle dernier, nous demandons aux eurodéputées et eurodéputés de voter contre.

Signataires :

écolo j (Belgique)

Giovani Europeisti Verdi (Italie)

Grüne Jugend (Allemagne)

Grüne Jugend – Grünalternative Jugend (Autriche)
Jong Groen (Belgique)

Les Jeunes Écologistes (France)

Protests (Lettonie)

Ostra Zieleń (Pologne)

Grøn Ungdom (Norwège)
Federation of Young European Greens

Share This