Portrait de Rosalie Salaün, porte-parole, dans Presse & Cité

L’humour comme vecteur de pédagogie

« Déposer un bulletin dans une urne ne suffit pas, il existe des moyens bien plus efficaces pour faire entendre ses idées », assure Rosalie, porte-parole nationale du mouvement indépendant Jeunes Ecolos. Ce collectif a pour vocation de sensibiliser l’opinion publique aux enjeux écologiques. Pour cette fervente militante, le déclic est né après la lecture du livre d’Eva Joly, gagné lors d’une tombola. « J’ai alors découvert le parcours formidable de cette magistrate. Et, je me suis dit, si elle est élue aux primaires pour les élections présidentielles de 2012, je m’engage dans son parti », raconte la bretonne de 27 ans. Chose faite. Elle intègre le parti Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV). Manquant d’affinités avec les autres membres, en raison de son jeune âge, elle décide de rejoindre les Jeunes Ecolos, après quelques mois. « Plus dynamique et plus créatif, j’ai vite trouvé ma place chez eux ».

Pour défendre leurs idées, les Jeunes Ecolos ne manquent pas d’originalité. « Pour le départ à la retraite, nous avons organisé une course de vieux avec une ligne d’arrivée représentant l’âge légal qui recule sans arrêt », raconte-t-elle le sourire aux lèvres. « On a également défilé en tenue anti-radioactive pour sensibiliser aux dangers du nucléaire », continue la militante, écologiste jusqu’au bout des ongles, puisque même son vernis à ongle de couleur verte est bio. « Grâce à l’humour, les propos sérieux deviennent intelligibles » constate la jeune femme. Une manière simple et efficace de faire passer le message. « Les gens commencent à avoir des réflexes. Ils comprennent que manger des fraises en plein hiver est une chose bizarre », constate Rosalie. Son rapport à la politique institutionnelle a changé. « Lorsque j’avais atteint mes 18 ans pour voter, j’attendais impatiemment les prochaines élections pour le faire », se souvient-elle. « Aujourd’hui, je ne sais pas si je voterai au second tour des présidentielles en 2017 ».

Retrouvez la suite de l’article sur le site de Presse&Cité

Share This