Les Jeunes Écologistes accueillent avec une immense déception la décision du Parlement Européen de ne pas appliquer l’interdiction du chalutage en eaux profondes.

La décision a été prise ce jour, par 342 voix contre 326, une majorité des députés de la droite européenne ainsi que des députés socialistes ayant voté contre. Elle est assortie d’une mesurette: la commission pêche s’engageant à encadrer le chalutage « profond » pour protéger les écosystèmes les plus fragiles.

Cette décision, sans doute influencée par la contrainte économique avancée par le principal armateur Scapêche, du distributeur Intermarché, qui a brandi la menace d’une suppression de 3000 emplois (selon l’AFP), démontre le poids des lobbies industriels dans les institutions européennes. Mais combien d’emplois seront détruits quand la surpêche aura définitivement vidé les océans ?

Nous, les Jeunes Écologistes, n’acceptons pas cette décision purement politique et productiviste, qui démontre la priorité donnée aux profits à court terme sur la protection la plus élémentaire de l’environnement.

Le chalutage en eaux profondes est plus que destructeur pour les fonds marins dont l’écosystème est réputé fragile et sensible. Les Jeunes Écologistes rappellent cette donnée essentielle : en l’espace de 6 années, les ressources en eaux profondes de l’Atlantique ont été épuisées à hauteur de 80% par cette pêche spécifique.

Nous appelons à un comportement responsable des pêcheurs professionnels, et aussi des consommateurs. La mer n’offre pas des ressources inépuisables et la sur-pêche provoque des désastres.

CONTACTS PRESSE :

Lucas Nédélec – Secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69

Laura Chatel – Secrétaire fédérale : 06 29 85 75 95

Share This