Encore une journée bien chargée à l’alter-forum de Nice… Dans de multiples lieux de la ville, ateliers, débats, conférences, actions de rue et mises en scène ont décuplé le message : ce sont les peuples qui doivent être écoutés, pas la finance ! Finalement, cette semaine intense aura réussi à démontrer toute l’énergie des citoyennes et des citoyens face à un système libéral devenu débridé et totalement indifférent aux préoccupations des populations. Pourtant, l’auto-invention citoyenne est en marche et laisse espérer un mieux-vivre, à condition que la politique ne reste pas plus longtemps l’apanage de quelques uns !

Avant-dernière journée du contre-G20 de Nice, le jeudi 3 novembre a commencé par une action de rue à Monaco. Les militants se sont rendus à la frontière monégasque pour réclamer la fin des paradis fiscaux et du dumping économique qu’ils permettent au détriment des peuples. Une scénette mettant en scène des banquiers chargés de billets et refusés à la frontière pour cause de fermeture du paradis fiscal a rencontré un franc succès. À noter qu’Eva Joly, la candidate d’Europe-Écologie Les Verts à l’élection présidentielle de 2012, était présente pour exprimer le soutien du mouvement écologiste par rapport à cette question (plus d’infos sur ce déplacement d’Eva Joly ici).

L’après-midi, la place Garibaldi a connu une certaine agitation. Des militants ont en effet investi cette place située au centre de Nice dans une attitude totalement non-violente, pourtant rapidement encadrés par nombre de SRS. Ils réclamaient, dans la joie et la bonne humeur, la libération des militants espagnols arrêtés mardi matin et condamnés en procédure de comparution immédiate à quatre mois de prison, dont un ferme, bien que leur culpabilité n’ait aucunement été prouvée. Cette action spontanée fut l’occasion d’évoquer le climat de répression pesant sur le Sommet des Peuples de Nice. Les effectifs de police, largement sur-dimensionnés, ont ainsi laisser peser une atmosphère pesante sur un alter-forum pourtant dévolu à l’émission de propositions et au rassemblement convivial.

Enfin, un atelier sur le site des Abattoirs abordait en fin de journée la question du développement durable au service du capitalisme et de l’illusion de l’économie verte. Dans la ligne de mire, les grandes conférences internationales sur le climat : après l’échec de Copenhague, peut-on encore croire en la réussite du prochain sommet Rio+20 ? Question de la souveraineté alimentaire, de la privatisation du vivant, de l’accès à l’eau, des conditions sociales des travailleurs, du marché du carbone, du marketing “vert”, etc, toutes les facettes de la croissance verte ont été passées à la moulinette. Pour terminer cet atelier, des citoyennes et citoyens ont pris la parole pour expliquer les alternatives existantes et les espoirs qu’apportent les mobilisation des peuples, partout dans le monde. Des initiatives locales et des inventions citoyennes permettent, ici ou là, de créer des espaces de résistances à la progression du pouvoir économique. Là se situe le sens des mobilisations et des actions militantes.

un atelier sur le site des Abattoirs abordait en fin de journée la question du développement durable au service du capitalisme et de l'illusion de l'économie verte. Dans la ligne de mire, les grandes conférences internationales sur le climat : après l'échec de Copenhague, peut-on encore croire en la réussite du prochain sommet Rio+20 ? Question de la souveraineté alimentaire, de la privatisation du vivant, de l'accès à l'eau, des conditions sociales des travailleurs, du marché du carbone, du marketing "vert", etc, toutes les facettes de la croissance verte ont été passées à la moulinette. Pour terminer cet atelier, des citoyennes et citoyens ont pris la parole pour expliquer des alternatives existantes et les espoirs qu'apportent les mobilisation des peuples, partout dans le monde.

Share This