À l’occasion de l’ouverture de la conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce à Bali, un collectif d’organisations politiques et citoyennes appelle à se mobiliser contre l’accord TAFTA (“Transatlantic Free Trade Area”) dont les négociations se déroulent dans une totale opacité.

Depuis des mois, l’accord pour le “Transatlantic Free Trade Area” est négocié dans les réunions internationales. Cet accord, qui vise à renforcer le libre-échange entre l’Europe et les États-Unis en redéfinissant complétement les règles commerciales applicables, est négocié dans le plus grand secret, au mépris des principes élémentaires de démocratie et de transparence.

Après s’être mobilisés avec succès contre ACTA, les Jeunes Écologistes entendent bien apporter tout leur soutien au collectif StopTAFTA et agir pour sensibiliser les citoyens aux risques d’un nouvel accord négocié dans l’ombre.

Loin de protéger les consommateurs ou de dynamiser notre économie, l’harmonisation réglementaire voulue par TAFTA n’aboutira en réalité qu’à un nivellement par le bas des normes sociales, sanitaires et environnementales et à une marchandisation inacceptable des services publics et des biens communs.

Cet accord consiste à sacrifier sur l’autel de la rentabilité et du libre échange un ensemble de normes et de règles qui protègent des aspects cruciaux de notre vie quotidienne et de notre santé“, affirme Lucas Nédélec, secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes. “Au lieu d’inventer une nouvelle forme de développement basé sur une alimentation saine, un droit du travail protecteur, une économie relocalisée et à taille humaine, et des services publics performants, on recycle de veilles recettes ultra-libérales dans l’espoir qu’elles vont régler les problèmes qu’elles ont elles-mêmes causés. C’est absurde.

Face aux effets annoncés de l’accord TAFTA (autorisation complètes des OGM, du gaz de schiste, dérégulation du marché du travail et du système de santé, etc), les Jeunes Écologistes répondent donc à l’appel d’ATTAC et de l’AITEC et sont membres du collectif StopTAFTA aux côtés d’autres organisations politiques et citoyennes.

Convaincus que, comme pour ACTA, c’est par la mobilisation et le débat public que sera stoppé ce projet d’accord, ils prendront part aux initiatives menées dans ce but et appellent à participer à l’action autour de la chambre de commerce des États-Unis (77 rue de Miromesnil) ce mardi 3 décembre 2013.

CONTACTS PRESSE :

  • Lucas Nédélec – Secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69
  • Laura Chatel – Secrétaire fédérale : 06 29 85 75 95

CONTACTS COLLECTIF StopTAFTA :

  • Amélie Canonne – Aitec ; 06 24 40 07 06
  • Aurélie Trouvé – Attac : 06 17 17 50 87

Photo : Éric Coquelin – Manifestation Stop TAFTA du collectif citoyen les Engraineurs (24 novembre 2013)

Share This