A l’heure où tous les yeux sont rivés sur le second tour de l’élection présidentielle et où la question essentielle porte sur le nombre de débats qui opposera les deux candidats finalistes, les Jeunes Écologistes rappellent que le 26 avril est le jour d’un bien triste anniversaire. Le 26 avril 1986, la centrale nucléaire de Tchernobyl entrait en fusion, propageant dans l’air des émissions radioactives qui ont contaminé une partie de l’Europe.

Les Jeunes Écologistes rendent aujourd’hui hommage aux victimes directes et indirectes de cette catastrophe, car les conséquences sanitaires et environnementales de la catastrophe sont encore ressenties par les populations vivant dans les territoires contaminés. En Biélorussie et en Ukraine, le taux de radioactivité des terres et donc de l’alimentation reste anormalement élevé et les enfants nés après la catastrophe en souffrent.

Les Jeunes Écologistes souhaitent surtout rappeler le danger permanent que représente l’énergie nucléaire. Aujourd’hui les questions du stockage des déchets radioactifs et du manque de transparence – même pour les récents incidents de Marcoule et Penly – sont encore sans réponse.
Pour les Jeunes Écologistes, la France doit s’engager rapidement dans une politique de transition énergétique prévoyant notamment une sortie progressive mais définitive sur nucléaire.

Plusieurs organisations de jeunesse – regroupées au sein du collectif Génération Fukushima – avaient déjà formulées cette importante demande à l’occasion du premier anniversaire de Fukushima.
Cet appel, disponible sur www.generation-fukushima.fr et signé par les Jeunes Écologistes, reste toujours d’actualité, pour que notre génération qui n’a pas choisi le nucléaire puisse aujourd’hui faire le choix d’en sortir.

 

Contacts presse Secrétaire fédéraux : – Fanny Dubot : 06 89 99 14 81 – Wandrille Jumeaux : 06 58 05 97 98

Share This