Le 5 mai dernier était proposé au vote à l’Assemblée Nationale le projet de loi renseignement. Seuls 86 député.e.s sur 566 se sont prononcé.e.s contre.

Nous attendions l’après Charlie avec grande appréhension, le voilà :
. Un projet de loi qui met en péril nos libertés individuelles.
. Un projet de loi qui met tout un peuple sous surveillance en donnant le droit aux services secrets d’accéder aux données personnelles et faire intrusion dans la vie privée des citoyen.ne.s (écoute de conversations téléphoniques, lecture de mails, traque de cartes bleues, téléphones…) avec pour seul motif, trop vague, la “sécurité nationale”.
. Un projet de loi qui, de ce fait, est une menace à notre libertés fondamentales.

L’équilibre entre sécurité et liberté est fragile et nous ne pouvons accepter une telle remise en cause de nos droits fondamentaux. Chercher à contrôler la parole des citoyen.ne.s, c’est tuer la démocratie à petit feu !

Nous invitons tous les citoyen.ne.s à prendre part à la campagne #usualsuspect à laquelle nous participons sur http://www.usualsuspect.org pour exprimer leur désaccord.

Nous demandons à Manuel Valls de retirer le projet de loi sur le renseignement et aux sénateurs.rices de rejeter ce texte qui sera soumis à leur vote le 9 juin prochain pour que le désaccord du peuple soit entendu, et pas mis sur écoute !

 

CONTACTS PRESSE :

  • Rosalie Salaün – porte-parole : 06 86 28 69 04
  • Lucas Nédélec – secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69


Share This