Alors que s’ouvre ce mercredi 1er octobre le débat sur la loi de Transition Énergétique à l’Assemblée Nationale, les député-e-s vont pouvoir choisir de poursuivre un modèle qui a montré ses limites ou de répondre enfin aux enjeux du 21e siècle.

Le gouvernement de Manuel Valls, qui fait le pari de l’austérité, ne semble pas décidé à mettre les moyens nécessaires pour réussir une véritable transition. Les Jeunes Écologistes insistent, tout comme les députés écologistes, sur l’importance d’inclure dans le projet de loi des impératifs ambitieux en matière de rénovation thermique des logements, de sobriété énergétique, de réduction de la part du nucléaire ou de lutte contre l’obsolescence programmée.

“Cette loi va profiter à tous, et en premier lieu aux plus précaires”, affirme Rosalie Salaün, porte-parole des Jeunes Écologistes. “Alors que la crise économique actuelle creuse toujours davantage les inégalités sociales, ces mesures favorables pour la planète seront aussi et surtout bénéfiques pour l’emploi et la santé.”

Au-delà des postures politiciennes, ce projet de loi est l’occasion de mettre sur le devant de la scène la cohérence du projet écologiste :

– l’indépendance énergétique de notre pays.

– le développement de l’économie circulaire, pour des modes de consommation plus soutenables.

– la prise en compte de la sécurité et de la transparence démocratique face au nucléaire.

– la justice sociale, en protégeant les ménages en situation de précarité énergétique.

– la lutte contre le réchauffement climatique.

Les Jeunes Écologistes suivront attentivement les débats à venir, car cette loi pourrait enfin constituer un premier pas vers un avenir respectueux de l’environnement, sobre, solidaire et prospère.

CONTACTS PRESSE :

  • Rosalie Salaün – porte-parole : 06 86 28 69 04
  • Laura Chatel – secrétaire fédérale : 06 29 85 75 95

 

Share This