Cet après-midi, la justice américaine a refusé de gracier Troy Davis, qui sera en conséquence exécuté demain après-midi dans l’État de Géorgie. Les Jeunes Écologistes affirment leur colère et leur sentiment d’impuissance à l’annonce de cette nouvelle.

Depuis des semaines, les appels à la clémence, les pétitions, les manifestations et les associations de soutien se sont multipliés pour tenter empêcher l’exécution de Troy Davis. Que la peine capitale soit encore en vigueur dans l’un des pays les plus développés au monde est inquiétant. Que l’injection létale soit de surcroit administrée à des personnes dont un doute plane sur la culpabilité est révoltant.
Alors que 7 témoins sur les 9 qui avaient accusé Troy Davis se sont rétractés et que plusieurs d’entre eux ont fait état des pressions qu’ils avaient subies de la part de la police au moment de leur premier témoignage, il est inconcevable que le comité des grâces ait refusé, cet après-midi, d’empêcher l’exécution de Troy Davis. Des doutes sérieux planent en effet sur les preuves d’après lesquelles il a été condamné.
Une kyrielle d’association et de politiques (y compris Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union Européenne pour les affaires étrangères), avaient d’ailleurs exhorté le comité des grâces à la clémence.
Les Jeunes Écologistes sont très choqués par la nouvelle. Le droit à un procès équitable ne semble pas garanti dans ce pays, notamment quand on est Noir et que l’on est accusé du meurtre d’un policier blanc. L’heure est au sentiment d’impuissance, puisqu’aucune voie de recours ne semble envisageable.
Tout en gardant l’espoir d’un revirement de dernière minute, les Jeunes Écologistes réaffirment leur opposition inconditionnelle à la peine de mort, afin qu’il n’y ait pas d’autres Troy Davis. Nous rappelons également que les États-Unis ne sont pas le seul pays à encore recourir à la peine capitale, puisque 60% de la population humaine vit aujourd’hui dans un pays où des exécutions ont lieu.
Les Jeunes Écologistes soutiennent enfin le rassemblement de mercredi 21 septembre à 18h devant l’ambassade des États-Unis, place de la Concorde à Paris, pour témoigner collectivement de leur indignation.
.
Les Jeunes Écologistes

Contacts :

Secrétaires Fédéraux :

Fanny Dubot, téléphone : 06 89 99 14 81 mail : fanny ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Wandrille Jumeaux, téléphone : 06 58 05 97 98 mail wandrille ‘at’ jeunes-ecologistes.org

Share This