Sans titre

Depuis une semaine, une véritable fronde réactionnaire déferle sur la Bretagne. Alors que des milliers de travailleuses et travailleurs sont licencié-e-s par le patronat breton de l’agroalimentaire, certains ont réussi à cristalliser sur l’écotaxe le désespoir et le mécontentement général. Or le fameux « modèle breton » productiviste, basé sur le bas de gamme et l’exportation est condamné à la crise depuis longtemps : il n’est pas viable, que ce soit du point de vue économique, social, environnemental, et même démocratique.

Nous dénoncons les manipulations du MEDEF et de la FNSEA pour faire oublier leur responsabilité dans le désastre social actuel. Nous dénonçons également les récupérations électoralistes de la part de certains leaders politiques.

La situation actuelle nous interdit de jouer avec les slogans. Collectivement, ayons un brin de lucidité pour penser un avenir prospère pour l’ensemble des Breton-ne-s, ceux d’aujourd’hui et des générations futures.

En tant que jeunes Breton-ne-s et en tant qu’écologistes, nous voulons pour notre pays une véritable transformation politique, sociale et économique : vivre, travailler et décider au pays, dans le respect des humains et de l’environnement. Nous voulons une économie au service de son territoire et de ses habitant-e-s, où les travailleurs et travailleuses auraient enfin un pouvoir de décision sur leur outil de travail. Pour cela, il faut une véritable démocratie régionale : une Bretagne autonome dans une France et une Europe fédérales.

C’est pourquoi nous manifesterons à l’appel de la CGT Bretagne samedi prochain à Carhaix,  à 15h place du champ de foire, en soutien aux salarié-e-s en difficulté ainsi que pour défendre l’emploi, les conditions de travail et la transition écologique plus que jamais nécéssaire.

Photo : Fred Tanneau/AFP

Photo : Fred Tanneau/AFP

 

Share This