Par une courte majorité, les électrices et électeurs suisses ont approuvé la proposition de l’UDC (parti d’extrême-droite) visant à limiter l’immigration sur le territoire helvétique.

Les Jeunes Écologistes regrettent vivement cette décision, qui remet en cause un très grand nombre de conventions internationales qui permettent aujourd’hui aux citoyen-ne-s suisses et européens de circuler librement entre l’Union Européenne et la Suisse. Le peuple suisse s’est laissé prendre au piège de la démagogie de l’extrême-droite, qui tente de présenter, en Suisse comme partout en Europe, les étrangers comme les boucs émissaires de tous les malheurs du pays.

Si en ces temps de crises économiques et sociales la tentation du repli sur soi est forte, c’est une fausse solution. Les causes de la crise structurelle qui touche l’Europe relèvent d’un système économique basée sur une course à la croissance effrénée au profit d’une minorité de nantis et au détriment du reste de la population.

La libre circulation des personnes est un droit fondamental“, rappelle Lucas Nédelec, secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes. “C’est avant tout la libre-circulation incontrôlée des flux financiers qu’il faut réguler. Nous ne sortirons de l’impasse qu’en mettant fin à l’évasion fiscale et en fondant un projet de société où l’économie serait au service de la population, et non l’inverse. Cela nécessite une solidarité et une coopération renforcées entre nos États : le rejet de l’autre ne résoudra rien.

En revanche, les Jeunes Écologistes se réjouissent du choix des citoyens suisses de rejeter le déremboursement de l’IVG. Cela prouve que, malgré les nombreuses attaques qu’il subit de la part des conservateurs, le droit à l’avortement reste largement défendu par les populations.

CONTACTS PRESSE :

Lucas Nédélec – Secrétaire fédéral : 07 77 07 45 69

Laura Chatel – Secrétaire fédérale : 06 29 85 75 95

Share This