Vendredi 26 octobre 2012, le Parlement européen a voté la révision de la Directive sur les marchés d’instruments financiers (MiFid) qui avait conduit à une déréglementation des marchés boursiers. Les Jeunes Écologistes saluent la position adoptée par les eurodéputés – notamment contre la spéculation des matières premières – mais restent vigilants quant à la future position du Conseil, d’autant plus que la révision pâtit de certaines faiblesses.

Alors que 870 millions de personnes dans le monde souffrent de sous-nutrition, la production réelle annuelle de blé s’échange 46 fois chaque année sur les marchés de Chicago. La volatilité des prix des matières premières accentue ainsi la pauvreté et la faim dans le monde, contraignant les plus pauvres à s’endetter pour se nourrir.

Les Jeunes Écologistes approuvent donc la position du Parlement européen sur la révision de la directive MiFid, qui introduit le principe de « limites de position » visant à réglementer l’accroissement des instruments dérivés (financiers) sur les matières premières.

Sur le plan général, nous saluons également la palette d’outils mise à disposition (temps de repos minimum, coupe-circuits, dispositions relatives à la taille et aux ordres modifiées/annulés) pour réguler les transactions à haute fréquence, sources de fluctuations extrêmes et irrationnelles des cours liées à la surréaction des stratégies algorithmiques face aux marchés.

Néanmoins, Les Jeunes Écologistes déplorent que l’interdiction des fonds indiciels sur les matières premières agricoles n’ait été retenue par les institutions européennes. Ces fonds, gérés par de grandes banques d’investissement, dont la valorisation se fonde sur un panier de matières premières où les matières premières agricoles représentent de 17% à 30% de l’indice total, encouragent les paris sur la tendance à la hausse du prix des produits agricoles par les acteurs financiers.

Pour qu’enfin le droit à l’alimentation soit respecté, Les Jeunes Écologistes appellent les États-membres à se montrer courageux dans leur prise de position sur la révision de la directive MiFid.

Ne laissons plus les marchés financiers façonner le monde dans lequel nous vivons !

Contacts Presse :

  • Wandrille Jumeaux – Secrétaire fédéral : 06 58 05 97 98
  • Lucile Koch-Schlund – Secrétaire fédérale : 06 79 35 28 16
Share This